Le tribunal d’El Bayadh a placé, tard dans la nuit du mercredi, huit personnes en détention provisoire et quatre autres sous contrôle judiciaire, dans le cadre de l’affaire de l’accident de l’explosion du gaz survenu samedi dernier, faisant cinq morts et 18 blessés, a-t-on appris jeudi du parquet de la Cour d’El Bayadh.

Le procureur de la République près le tribunal d’El Bayadh a renvoyé le dossier au juge des délits du même tribunal conformément aux procédures de comparution immédiate.

Après avoir auditionné les parties concernées dans l’affaire (12 personnes faisant l’objet de procédure judiciaire), il a placé huit en détention provisoire dans l’établissement pénitentiaire d’El Bayadh et 4 autres sous contrôle judiciaire.

Il s’agit de l’entrepreneur chargé du projet de l’éradication des points noirs du réseau de drainage des eaux usées dans la ville d’El Bayadh qui a été inculpé d’homicide involontaire, de blessures et incendie causant la destruction des biens d’autrui et travaux sans permis, falsification de documents administratifs avec faux  et non déclaration de travailleurs

auprès de la Caisse nationale d’assurance sociale des salariés (CNAS).

Il s’agit aussi d’un conducteur d’engin et d’un conducteur de travaux, tous deux employés à la direction des ressources en eau relevant d’une subdivision et chargés du suivi des travaux, d’un représentant d’un bureau d’études chargé du suivi de l’exécution des travaux et d’un fonctionnaire

de la Société de distribution de l’électricité et du gaz, poursuivis pour homicide et blessures involontaires et incendie provoquant la destruction de biens d’autrui.

A noter également la mise en détention d’un membre de l’APC d’El Bayadh pour avoir tenté d’entraver les enquêtes.

Pour ce qui est des personnes placées sous contrôle judiciaire, il y a un employé de la commune chargé du suivi des travaux, d’un employé de Algérie Télécom, d’un autre de l’unité de l’Algérienne des eaux (ADE) et d’un employé Sonelgaz, accusés d’avoir remis des documents à une personne qui n’avait pas droit.

La date du procès dans cette affaire est fixée au 21 octobre en cours, selon la même source.

Démolition des habitations menaçant ruine et enlèvement des décombres

L’opération de démolition des habitations menaçant ruine et d’enlèvement des décombres générés par l’explosion de gaz

survenue samedi dernier à El-Bayadh faisant 5 morts et 18 blessés a été lancée jeudi, a-t-on constaté.

La direction des travaux publics a mobilisé, à cet effet, 18 agents, ainsi que cinq engins (bulldozers et grues), huit camions et autres matériels pour l’enlèvement des décombres et des parties effondrées de trois habitations totalement endommagées par la déflagration, selon les services des travaux publics.

De leur côté, les services de la protection civile ont mobilisé pour l’opération 25 agents de différents grades et un camion d’extinction et deux ambulances pour parer à toute éventualité, alors que les services de

la sûreté de wilaya ont déployé, pour leur part, près de 200 agents pour sécuriser le site de l’accident, a-t-on indiqué.

Près de 50 maisons ont été endommagées

Trois maisons ont été recensées entre effondrées totalement et menaçant ruine suite à l’accident qui a fait cinq morts et 18 blessés à des degrés différents de gravité et endommagé partiellement 46 maisons.

L’opération de recensement et d’évaluation des dégâts occasionnés par cet accident est supervisée par une commission de wilaya installée pour la circonstance comprenant des représentants de services techniques, des

services de la wilaya, de l’APC et de la daira, de la direction de ‘urbanisme et de la construction et celles des ressources en eau, de l’entreprise « Algérienne des eaux » (ADE), de Sonelgaz, de « Algérie Poste »

et « Algérie Télécom », outre les services de la sûreté nationale et de la protection civile, pour prendre en charge les sinistrés de ce drame.