napec

« Pour développer le commerce, l’artisanat et le tourisme sous tous ses formes, il est important de relier le Nord et le Sud du pays », a déclaré, mercredi dernier, Hadj Tahar Boulenouar, président de l’Association nationale des commerçants et des artisans (ANCA), lors de son intervention à la conférence de presse à la wilaya d’Adrar, qui avait pour thème « l’industrie traditionnelle et son rôle dans le développement local ».

Après la wilaya de Biskra et Ghardaïa, la caravane nationale pour le développement des wilayas du sud algérien a fait escale cette fois dans la wilaya d’Adrar pour voir de près la réalité du commerce et de l’artisanat dans les régions sahariennes. M. Boulenouar a appelé les autorités à relier les wilayas du Nord au Sud, et ce, en mettant en place une ligne ferroviaire. « Il est urgent de mettre en place un projet de ligne ferroviaire pour rapprocher les wilayas du Nord du Sud algérien, car, il sera très délicat de développer la commercialisation des produits alimentaires, artisanaux et autres dans les circonstances actuelles », a-t-il indiqué. «L’Etat doit faciliter les procédures aux agriculteurs des régions du Sud pour commercialiser leurs produits à l’intérieur et à l’extérieur du pays », a-t-il appelé. Un autre problème qui freine le commerce et le développement dans le Sud est le manque de structures pour la transformation des produits alimentaires.
Ce qui est, selon M. Boulenouar, un obstacle qui décourage la production alimentaire et autres. « En l’absence d’unités de transformation, l’agriculture a peur de perdre ses produits, c’est pour cela que la production reste limitée. » Dans le même ordre d’idées, le président de l’ANCA a souligné le manque de chambres froides dans une wilaya comme Adrar. « Ce n’est pas normal qu’une wilaya comme Adrar ne possède que 6 chambres froides », a-t-il regretté. Vers la fin de sa communication, M. Boulenouar a indiqué qu’il faut revoir la politique de subvention de l’Etat sur certains produits d’autant que « les produits subventionnés sont les plus exposés à la contrebande », a-t-il fait savoir. Autre problème soulevé, le transport des marchandises considéré comme l’un des gros problèmes et obstacles qui freinent le développement du commerce et du tourisme dans la wilaya. D’autre part, la Caravane a également programmé une visite au marché de détails, des fruits et légumes de la wilaya d’Adrar, où les commerçants du Nord se sont mis en contact avec les commerçants et vendeurs des wilayas du Sud. Les commerçants se plaignent également de l’absence d’un marché de gros des fruits et légumes dans la wilaya. M. Boulenouar a également effectué une visite à l’usine du lait de la wilaya d’Adrar où les responsables lui ont expliqué les étapes de pasteurisation du lait de poudre dont le produit est importé à 100%. Nous avons appris, sur les lieux, que le lait de cette usine, unique d’ailleurs dans cette wilaya du Sud, est distribué dans 8 communes seulement sur 28 à cause du coût du transport.