Une convention encadrant la commercialisation du maïs a été signée dimanche à Adrar entre le groupe avicole de l’Ouest (GAO, filiale de l’ONAB) et des agriculteurs locaux, en marge du lancement de la campagne de moisson du maïs. La convention prévoit la prise en charge par le groupe avicole de l’Ouest, unité de Bougtob (El-Bayadh), la production de maïs à partir d’un point de collecte à Adrar, moyennant un montant de 4.500 DA/quintal, dont 2.000 DA de soutien, a indiqué Mohamed Kherroubi, directeur central au ministère de l’Agriculture et du Développement rural, chargé de la régulation et du développement de la production agricole. Elle intervient en application des orientations des hautes autorités du pays pour l’accompagnement et la promotion de cette filière agricole, qui a connu un engouement dernièrement dans la wilaya d’Adrar, en plus d’encourager les agriculteurs à l’intensifier et à accroitre ses rendements, au vu de son importance comme apport fourrager. M. Kherroubi a appelé, pour cela, les agriculteurs à l’organisation de cette activité en se structurant en groupements et coopératives, en vue de faciliter aux pouvoirs publics leur accompagnement et soutien direct, loin de toutes médiations ou spéculations. Sa présence pour présider, au nom du ministre du secteur, le lancement de cette campagne de moisson de maïs, «traduit la volonté d’encourager les agriculteurs à revenir à la maïsiculture et à accroître sa production, de sorte à rationaliser les dépenses et réduire la facture d’importation», a-t-il souligné, invitant les acteurs concernés, dont les offices et les laboratoires techniques, à accompagner le développement de la filière, étendre les superficies qui lui sont consacrées, élever ses rendements et réduire les charges supportées par les agriculteurs, notamment celles du transport des récoltes. Cet appui va se renforcer aussi avec l’ouverture de points de collecte de maïs et la disponibilité des facteurs de production (semences, engrais et autres), en plus de leur accompagnement à travers la couverture-assurance des récoltes et le financement bancaire, dans le but de préparer les bonnes conditions de lancement de la campagne labours-semailles en juillet prochain, a-t-il soutenu. M. Kherroubi a saisi l’opportunité pour écouter les doléances des agriculteurs et investisseurs intéressés par la maïsiculture, qui se sont articulées autour notamment de la mise en place d’un programme à long terme à même d’assurer une stabilité de l’activité qui, en raison d’une absence de garantie de l’écoulement de la production, a démotivé nombre d’entre eux et entraîné une réduction des superficies dédiées à la culture du maïs et donc une baisse de la production. Les agriculteurs voient de leur côté, à travers cette convention, un bon signe à même de les encourager à revenir à leur mode de culture alternée (Blé-Maïs) dans la même année, un moyen de réduire les coûts de production élevés dans la région en raison de ses spécificités naturelles et climatiques. La campagne de moisson de la production de maïs, qui cible une superficie avoisinant les 80 hectares, a été lancée au niveau du périmètre agricole «Stah-Azzi» dans la commune de Fenoughil (Sud d’Adrar), où les agriculteurs ont aussi appelé à y assurer une couverture téléphonique. n