Les services de sécurité italiens ont arrêté un Algérien, membre d’un groupe de soutien aux groupes terroristes en Algérie et en Europe, ont rapporté, hier, plusieurs médias italiens. Cet individu, appelé Yacine Gasry, était en fuite après avoir été condamné à une peine de prison pour terrorisme international.

Il a été capturé dans la ville italienne de Foggia, à environ 380 kilomètres au sud-est de la capitale. Yacine Gasry doit se conformer à une sentence définitive de quatre ans, neuf mois et 21 jours de privation de liberté prononcée par le tribunal de Naples, après avoir été reconnu coupable d’appartenance à un réseau de soutien logistique aux réseaux terroristes dans son pays d’origine, indiquent les mêmes sources. Selon des informations officielles diffusées par différents médias, l’individu a été arrêté en 2004, avec d’autres étrangers associés à un réseau de soutien aux groupes terroristes activant sur le sol algérien. Ils opéraient dans les provinces de Caserte, Vicence et Milan. Le groupe, selon les mêmes sources, a fourni des armes et de faux documents à l’organisation terroriste pour l’exécution d’attentats en Algérie et en Europe, tout en effectuant en Italie des tâches de propagande terroriste et d’organisation d’opérations d’immigration illégale vers l’Italie. Durant les années 1990, l’Italie et d’autres pays européens servaient de base arrière aux groupes de soutien aux activités terroristes en Algérie. Ils récoltaient de l’argent librement dans les rues et devant les mosquées. C’est après les attentats de 1995 contre le métro de Paris que les gouvernements de l’Europe commencèrent à changer d’attitude envers ces groupes. Un changement qui s’est accéléré avec les attentats du 11 septembre à New York et Washington. Après cette date, tous les pays européens avaient pris des mesures fermes contre toutes les activités liées à l’islamisme politique.