Comme il est constaté de visu sur le terrain, la prolifération de certains commerces et activités tels les crèches, les écoles privés et autres colporteurs d’eau est remarquable. Cette présence concurrentielle est plutôt bénéfique pour les citoyens si les pratiquants des activités respectaient la réglementation en vigueur en matière d’hygiène et autres. Malheureusement, sur le terrain, ce n’est pas le cas. Dans ce sillage, en application de la loi 04/08 du 14 août 2004 et la circulaire interministérielle (commerce – solidarité) du 3 avril 2014 fixant les conditions et modalités d’exercice des activités commerciales et de création d’établissements d’accueil de la petite enfance, la direction du commerce de la wilaya d’Oum El Bouaghi a enclenché une enquête sur le terrain par une commission intersectorielle, regroupant les services de la solidarité, la police, la santé, la Protection civile, sur les établissements d’accueil de l’enfance.
L’opération, qui a débuté le 2 octobre 2019, a permis à la commission en question de constater le détournement de la vocation de certaines associations pour verser dans l’exercice de l’activité d’accueil de la petite enfance dans des conditions et lieux inadéquats alors qu’elle est spécifique aux crèches et pouponnières. Ainsi le défaut d’hygiène, notamment les sanitaires, la sécurité (prises électriques dénudées, poêle mural à risques…) avec tout l’impact négatif des risques et des dangers pour les enfants, prise en charge par un personnel sans formation et autres sont autant d’infractions à la loi constatées sur le terrain lors des 35 interventions effectuées par la commission au niveau de la commune d’Oum El Bouaghi. De ce fait, pas moins de 24 mises en demeure ont été adressées à 18 établissements et associations ne disposant pas de registre de commerce, 6 autres à ceux détenant un registre non conforme à l’activité pratiquée. Dans le cas de non régularisation dans un délai d’un mois, les services du commerce procéderont à la fermeture administrative.
K .M.