Encore une fois, des membres de l’Opep+, tenus par les accords de limitation de l’offre pétrolière en application depuis le 1er mai 2020, ont produit bien au-delà de leurs capacités durant le mois en cours.

Par Hakim Ould Mohamed
Selon des statistiques fournies, hier, par la compagnie mondiale de transport pétrolier, Petro-Logistics, dix membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ont dépassé le quota cumulé de 1 million de barils par jour en mai. Petro-Logistics a précisé que tous les exportateurs de pétrole brut membres de l’Opep – y compris l’Iran, le Venezuela et la Libye qui sont exemptés du pacte Opep+ – ont augmenté leur offre de 500.000 b/j jusqu’à présent ce mois-ci. Même l’Arabie saoudite, qui s’était engagée à réduire volontairement sa production, n’a pas été en reste, contribuant ainsi à faire grimper les exportations du groupe à plus d’un million barils par jour durant les premières semaines du mois de mai. Cette hausse de la production des pays membres de l’Opep intervient au moment où le groupe Opep+ a commencé à alléger les réductions de la production, à raison de 350.000 b/j ce mois-ci. Cette réduction s’inscrit dans le cadre de la décision de l’Opep+ d’avril dernier de lever progressivement le pied sur les restrictions de la production, au fur et à mesure que la demande mondiale de pétrole croit. C’est ainsi que l’Alliance a décidé d’injecter progressivement plus d’un million de b/j sur le marché entre mai et juillet. La production pétrolière collective de Opep+ devrait augmenter de 350.000 b/j en mai et juin et de plus de 400.000 b/j en juillet.
Parallèlement à la levée progressive des coupes, l’Arabie saoudite devrait à son tour assouplir graduellement sa réduction, soit de 1 million de b/j au cours des prochains mois, en commençant par des augmentations de production mensuelles de 250.000 b/j en mai et juin. Globalement, les producteurs signataires des accords de limitation de l’offre pétrolière devraient réinjecter sur le marché jusqu’à 2,1 millions de b/j d’ici juillet. Les producteurs semblent convaincus qu’au rythme où va la reprise de l’économie mondiale, le marché serait en mesure d’absorber le surplus de l’offre par rapport aux quotas initialement arrêtés. D’ailleurs, l’Opep+ et certains analystes s’accordent à dire que la demande mondiale de pétrole va en augmentant pour atteindre les niveaux d’avant la crise d’ici la fin de l’année en cours. Cependant, cette hausse de la production au niveau de certains membres de l’Opep+ n’est pas du goût des principaux dirigeants de cette alliance, qui, d’après des délégués de l’Opep+, l’Organisation des pays exportateurs du pétrole a dû rappeler à l’ordre une fois de plus les producteurs ne respectant pas les quotas qui leurs sont fixés dans le cadre du l’accord de l’Opep+. Des membres de cette alliance, qui se sont confiés à Energy Intelligence, ont précisé que les pays ayant surproduit au-delà de leurs quotas en mai sont au nombre de 10. Pourtant, lors de la dernière réunion ministérielle de l’Opep+ datée du mois d’avril dernier, les ministres des pays siégeant dans cette organisation se sont engagés à se conformer pleinement à l’accord et à aller au-delà aux fins de compenser la surproduction des précédents mois. Il y va du rééquilibrage tant souhaité du marché. Selon les estimations d’Energy Intelligence, dans l’année qui a suivi la mise en œuvre du pacte Opep+, les membres de l’Opep sont responsables d’une surproduction de 120.000 barils par jour, tandis que les membres non membres ont produit à hauteur 180.000 b/j au-dessus de leurs quotas combinés. On estime que la Russie est le producteur de l’Opep+ qui a surproduit le plus gros volume entre le 1er mai 2020 et le 30 avril 2021, pompant jusqu’à 80.000 b/j au-dessus de son quota en moyenne pour l’année.