Les prétendants à la formation pour l’obtention du Certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) ont eu gain de cause, le concours est de retour pour l’année universitaire 2021-2022 après plusieurs années de «gel». L’information du retour de ce concours, réclamé par de nombreux prétendants issus des facultés de droit, a été annoncée avant-hier par le ministère de la Justice.
«La décision est intervenue suite à la réunion, tenue au siège du ministère, sur la question du concours d’accès à la formation pour l’obtention du CAPA et à laquelle ont pris part des représentants des ministères de la Justice et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le président de l’Union nationale des ordres des avocats (UNOA) et les bâtonniers de onze barreaux, membres du Conseil de l’UNOA», a précisé la même source.
Il a été, également, conclu à l’issue de cette rencontre d’apporter des «modifications dans les dispositions de l’arrêté interministériel du 12 mars 2015, définissant les modalités d’ouverture du concours d’accès à la formation pour l’obtention du Certificat d’aptitude à la profession d’avocat, son organisation et son déroulement». D’autres modifications ont été aussi injectées dans «le nombre d’épreuves, leur nature, leur durée, leur coefficient, leur programme et la composition du jury du concours et la moyenne d’admission».
Cette réunion, porteuse d’une réponse favorable à la contestation menée ces derniers mois par les prétendants à cette formation, succède à celle tenue la semaine passée entre les représentants du ministère de la Justice, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de l’UNOA.
Cette nouveauté est aussi de nature à mettre fin à une source de divergence entre les pouvoirs publics et les contestataires qui ont investi récemment la voie publique pour faire entendre leurs voix, d’autant plus que le concours n’a pas eu lieu depuis 2015.
Interpellé l’année passée à ce sujet par un parlementaire, le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, avait renvoyé la balle à l’UNOA. «L’ouverture des concours d’accès à la formation pour l’obtention du Certificat d’aptitude à la profession d’avocat et des sessions de prestation de serment relevait exclusivement des prérogatives de l’Union nationale des Ordres des avocats», avait-il répondu.
Il avait alors convoqué les chiffres pour signifier que 2 060 candidats avaient été admis au dernier concours d’accès à la formation pour l’obtention du CAPA en 2015, soulignant que l’UNOA n’avait pas, depuis, jugé nécessaire d’ouvrir un autre concours.