L’Iran dénonce l’attitude des Etats-Unis, une année après l’entrée en vigueur de l’Accord nucléaire conclu avec les grandes puissances, en considérant que «l’hostilité» américaine «s’accroît de jour en jour», a déclaré dimanche Abbas Araghchi, chef des négociateurs iraniens de l’accord.
«Les Etats-Unis ont fait tout ce qu’ils ont pu pour ralentir les progrès de l’Iran» après l’accord, a affirmé M. Araghchi, qui est également vice-ministre des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse à Téhéran.
«Au cours des 12 derniers mois, nous avons été témoins de retards et de promesses non tenues de la part des Etats-Unis et de quelques (autres) pays.
Leur hostilité s’accroît de jour en jour», a-t-il ajouté, sans préciser quels étaient les autres pays hostiles.
A propos de l’entrée en fonction le 20 janvier du nouveau président américain Donald Trump qui ne cache pas son hostilité vis à vis de l’accord nucléaire, M. Araghchi a estimé que «Obama ou Trump, le président des Etats-Unis est tenu d’annuler les législations qui vont à l’encontre» de l’Accord.
«Nos négociations avec les Américains sont terminées et nous n’avons pas d’autres discussions politiques avec eux», a assuré  M. Araghchi.
Le 16 janvier 2016, une grande partie des sanctions internationales frappant l’Iran étaient levées en échange de la limitation de son programme nucléaire, comme l’avait prévu l’Accord signé six mois plus tôt par Téhéran d’une part, et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France) ainsi que l’Allemagne, de l’autre.