Le P-DG de l’entreprise française dans l’industrie de l’énergie Technip, Thierry Pilenko, a estimé que « cet accord donne au marché une perspective de plancher (…) Pour le marché, c’est une bouffée d’oxygène », a affirmé dans une interview au Figaro le patron de Technip, en voie de fusion avec l’Américain FMC Technologies pour former un géant mondial de l’industrie du pétrole et du gaz.

« Mais restons prudents: il faut encore que cet accord, valable pour six mois seulement, soit effectivement appliqué », a-t-il dit, soulignant que le marché du pétrole teste, en ce moment et pour la première fois, un « nouveau modèle ». Il a expliqué qu’il devra évoluer entre le plancher déterminé par la politique de l’Opep et un plafond régulé par la production américaine, notant que cette situation  « inédite » peut créer de la volatilité.
Il pense que ce nouvel ordre du marché pétrolier, après l’accord historique de l’Opep soutenu par des pays producteurs non-Opep, va relancer l’investissement dans le secteur qui avait connu en 2016 un arrêt même si les études étaient finalisées à 90%. M. Pilenko a estimé que pour l’heure, « on sent qu’il y un peu plus de sérénité, mais pas encore d’enthousiasme dans le marché », exprimant satisfaction de voir que certains projets, qui avaient été engagés avant 2014, « vont entrer en production ».