Par Feriel Nourine
Au lendemain de l’évocation par Abdelmadjid Tebboune d’un remaniement ministériel à venir prochainement, le ministère de l’Industrie dresse une partie de son bilan. En ce sens, le département de Ahmed Zeghdar choisit de mettre en avant les réalisations en matière d’investissement, à travers les centaines de projets en souffrance et qui ont été débloqués en quelques petits mois.
Il est utile de noter que si le Comité national de levée des obstacles sur les projets en suspens est présidé par le ministre de l’Industrie, il n’en demeure pas moins que la tutelle n’agit pas seule dans cette mission, sachant que ce même comité regroupe d’autres ministères dont le rôle est hautement décisif pour libérer l’investissement.
Mais ce qui semble avoir le plus favorisé le déblocage de centaines de projets en un laps de temps relativement réduit, c’est le suivi de l’opération qu’a fait sien le président de la République dont le médiateur a multiplié les descentes sur le terrain pour s’enquérir de ce qui a été réalisé et de ce qui ne l’a pas été.
Cela étant, les chiffres livrés par le ministère de l’Industrie laisse transparaître une prédominance des industries agroalimentaire avec 198 projets libérés, soit 22% du total des cas concernés par l’opération.
Ce qui signifie que cette filière a toujours le vent en poupe chez les porteurs de projets et que l’avenir continuera à lui appartenir dans un pays mis en demeure d’assurer sa sécurité alimentaire en comptant d’abord sur sa production interne et sur la diversification des activités économiques en lien avec cette industrie.
L’agroalimentaire a réalisé de grands succès à travers des usines qui voient le jour régulièrement depuis des années.
Mais quel que soit le nombre de ces usines, et quels que soient les investissements qui viendront renforcer la filière de l’agroalimentaire, la sécurité alimentaire à laquelle aspire le pays ne pourra sans doute être accomplie si la consommation nationale en céréales continue à dépendre grandement des importations.
Pendant ce temps, des terres en jachères attendent désespérément leur heure.