Pour la première semaine du Ramadhan, la Protection civile a comptabilisé plus de trente morts sur les routes. Cependant, ce chiffre reste inférieur par rapport à la même période de l’année dernière où il a été enregistré plus de 70 morts.

En Algérie, durant le mois de Ramadhan, les accidents de la circulation sont fréquents à l’approche de l’heure de la rupture du jeûne. 31 personnes ont trouvé la mort et 1 304 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation, enregistrés en une seule semaine, a indiqué un communiqué de la direction générale de la Protection civile. Le nombre d’accidents, qui se sont produits dans les différentes régions du pays, ajoute la même source, est de 1 136. Ce bilan, pourtant lourd et poignant, témoigne d´une nette diminution du nombre d´accidents et de victimes par rapport au bilan macabre de la première semaine de Ramadhan de l’année dernière, où pas moins de 74 morts et 453 blessés avaient été enregistrés par les groupements de la gendarmerie, répartis sur l´ensemble du territoire national.
Par ailleurs, le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya d’Aïn Defla, avec 4 personnes décédées et 43 autres blessées, pris en charge par les secours puis évacuées vers les structures hospitalières, suite à 32 accidents de la route. La principale cause de ces accidents est l’excès de vitesse, suivi du dépassement dangereux. Globalement, on relève le non-respect du code de la route dans la quasi-totalité des accidents. Le changement du rythme de vie pendant le mois de Ramadhan a des répercussions négatives sur la circulation routière. Et comme l’Algérien est de nature nerveuse notamment en cas de manque de nicotine ou de café, certains peuvent devenir de véritables dangers ambulants au volant. En temps normal, l’hécatombe routière est un fait constaté au quotidien. Le fléau risque de prendre des proportions encore plus alarmantes au courant de ce mois sacré. Par ailleurs, durant la même période, les unités d’interventions de la Protection civile ont enregistré 18 914 appels de secours relatifs aux différents types d’interventions pour répondre aux appels de détresses émis par les citoyens, suite à des accidents de la circulation, accidents domestiques, évacuation sanitaire, extinction d’incendies et assistance diverses, entre autres. Concernant les secours à personnes, 11 128 interventions ont été effectuées qui ont permis la prise en charge de 1 055 blessés traités par les secours médicalisés sur les lieux d’accidents et l’évacuation de 9 829 malades vers les structures sanitaires.
En outre, les pompiers ont effectué 920 interventions pour procéder à l’extinction de 597 incendies urbains, industriels et autres. 4 832 interventions ont été effectuées durant la même période pour l’exécution de 4 105 opérations d’assistance aux personnes en danger et opérations diverses.