Dans les accidents de la circulation survenus au niveau national au cours des 8 premiers mois de 2021, 2 260 personnes ont péri et 22 018 ont été blessées, indique un bilan de la Délégation nationale à la sécurité routière (DNSR).
Distribué dimanche à l’occasion du lancement d’une campagne nationale de sensibilisation pour prémunir les enfants des accidents de la route, le bilan de la DNSR fait état d’une hausse du nombre de décès de 386 personnes par rapport à la même période de l’année précédente, ajoutant que le nombre de blessés a atteint 22 018, soit une hausse de 5 171 par rapport aux 8 premiers mois de l’année 2020. La DNSR a enregistré 16 320 accidents de la route, dont 11 845 survenus en zones urbaines et 4 475 en zones rurales, selon le même document. Par tranche d’âge, le bilan fait état de 148 morts de moins de 5 ans, 131 de 5 à 9 ans, 67 de 10-14 ans et 158 entre 15 et 18 ans. La DNSR a indiqué également que 257 personnes âgées entre 20 et 24 ans ont trouvé la mort, 278 autres âgées de 25 à 29 ans et 237 âgées entre 30 et 34 ans durant les huit premiers mois de 2021.

12 morts et 342 blessés en une semaine dans les zones urbaines
Parmi les victimes des accidents de la route, enregistrés entre janvier et août derniers, figurent également les catégories entre 35 et 39 ans (162 morts), 40 et 44 ans (136 morts) et de 45 à 49 ans (148 morts). La DNSR a également fait état de 522 morts âgés de plus de 50 ans. Les causes des accidents de la route, survenus durant la période susmentionnée, sont dues en premier lieu à l’excès de vitesse (15,54%), au manque d’attention du conducteur à l’intérieur des agglomérations (13,95%) et à d’autres causes liées à la perte de contrôle du véhicule, aux dépassements dangereux, au non-respect de la distance de sécurité et la non-utilisation des passages piétons, outre le non-respect du code de la route et la conduite dangereuse.
Concernant les conducteurs impliqués dans les accidents de la route, le bilan de la DNSR a précisé que le taux le plus élevé était celui des conducteurs ayant un ancien permis de conduite allant de 5 à 10 ans (24,34%), tandis que 4 229 conducteurs sans emploi ont été à l’origine d’accidents de la route durant les 8 premiers mois de 2021. n