Pas moins de treize personnes ont perdu la vie entre jeudi et samedi derniers. Les transports en commun également mis en cause.
Malgré les nombreuses campagnes de sensibilisation et la multiplication de contrôles routiers, plusieurs accidents de la route impliquant des bus de transport de voyageurs ont été enregistrés ces derniers jours. Les bilans de la Protection Civile font, en effet, état d’une véritable «série noire» depuis le week-end dernier ; quatre accidents d’autobus ont causé la mort de 13 personnes et de nombreux blessés.
Le bilan de la Protection civile pour l’ensemble des accidents de la route au cours des seules journées des 22 et 23 juillet fait, quant à lui, état de 27 personnes ayant trouvé la mort en plus de 646 blessés à des degrés divers.
En effet, liste tragique des accidents impliquant des autobus, qui a encore été allongée hier par un accident survenu dans la wilaya de Tlemcen, et plus précisément sur la route reliant la commune de Ouled Mimoun et la ville de Tlemcen. Vingt-deux personnes âgées entre 22 et 70 ans ont été blessées lorsqu’un bus de transport de voyageurs est entré en collision avec un camion-citerne. La Protection civile, sans faire état de la gravité des blessures, précise toutefois que neuf ambulances ont été mobilisées pour évacuer les victimes vers les services d’urgences. Accident, qui fait par ailleurs suite à une série de trois accidents mortels constatés entre les 21 et 23 juillet dans les wilayas de Sidi Bel-Abbès, Tiaret et Oran. Le premier survenu jeudi a causé la mort de 8 personnes, selon le communiqué de la cellule d’information et de communication des services de la Protection civile, cité par l’APS. La cause de la tragédie, survenue à 05H28 au niveau de la Route nationale 92, sur le tronçon reliant les communes de Telmouny et Belarbi, serait une collision directe entre un véhicule touristique et un bus desservant la ligne Hassi Messaoud-Tlemcen. Quant aux victimes, il s’agit, selon la même source, de 8 hommes âgés entre 17 et 42 ans.
Par ailleurs, il est à rappeler que la journée du vendredi 22 juillet a été marquée par un accident presque similaire, survenu vers deux heures du matin, dans la commune de Guertoufa, wilaya de Tiaret. Un bus reliant Mostaganem à Hassi Messaoud a, en effet, «dérapé» avant de se renverser, selon les premières constatations. L’accident a entraîné la mort de 4 personnes et des blessures de gravité diverses à 37 autres. Quant à l’accident survenu le samedi 23 juillet à Oran, sur la Route nationale 02, dans la commune de Marsa El-Kebir, il s’agit, selon un communiqué de la Direction de la Protection civile de la wilaya, d’une collision entre une voiture de tourisme et un bus ; une personne a été tuée et 8 autres ont été blessées, sans préciser si la personne décédée était dans le véhicule ou l’autobus.
La comparaison avec la gravité des accidents survenus durant le mois de juillet 2021 montre, par ailleurs, que les objectifs de prévention ou encore la multiplication des contrôles et autres procès ne réussissent toujours pas à limiter le nombre de drames de la route. Ainsi la Protection civile avait enregistré, en juillet de l’année dernière, un total de 33 morts et 492 blessées au cours d’un même week-end. Et notamment le vendredi 9 juillet, dans la wilaya de Constantine, lorsqu’une collision entre un véhicule lourd et un autre de transport en commun, avait causé la mort de 18 personnes, dont 9 carbonisées, et 13 blessés dont certains gravement atteints.
Ce drame avait, pour rappel, mis en avant la dangerosité et le nombre toujours trop élevé des accidents sur les routes du pays. Pourtant, les statistiques et les comparaisons prenant en compte le nombre de véhicules avaient relevé une certaine baisse de la mortalité depuis le durcissement du dispositif juridique en juillet 2009, mais aussi grâce à une meilleure prise en charge des blessés et des interventions plus rapides des services de secours.