Un total de 2643 personnes ont trouvé la mort et 11.479 autres ont été blessées dans 7186 accidents de la circulation enregistrés en 2021 à travers les différentes régions du pays, selon un bilan dévoilé lundi par le colonel Mouloud Guemmat, chargé de la sécurité routière au Commandement de la Gendarmerie Nationale (GN). Présentant le bilan 2021 des activités des unités de la GN, le colonel Guemmat a expliqué que le facteur humain est la principale cause des accidents de la circulation avec un taux de 93%, suivi de l’état des routes, soulignant que les wilayas d’Alger et Aïn Defla arrivent en tête en termes de nombre d’accidents de la circulation. Dans ce cadre, le colonel Guemmat a mis l’accent sur la «présence sur le terrain» des unités de la GN pour réduire le nombre des accidents de la route, étant donné que 85% du réseau routier relève de la compétence des services de la GN. A cette occasion, il a évoqué les plans de sécurité garantissant la présence «permanente» sur le terrain des différentes unités à travers des formations fixes et mobiles, afin d’assurer «une surveillance continue du trafic routier et répandre la sérénité et la tranquillité parmi les citoyens, notamment les usagers de la route». Les unités de la GN insistent également sur l’aspect de la sensibilisation dans la prévention des accidents de la circulation en organisant des campagnes de sensibilisation au profit des usagers de la route pour réduire le nombre des accidents de la circulation. A cet égard, il a souligné qu’au cours de l’année 2021, plusieurs campagnes nationales de sensibilisation ont été organisées à diverses occasions, telles que la rentrée sociale et la saison estivale, ainsi que les intempéries et diverses occasions religieuses et nationales, en coordination avec les différents acteurs partenaires actifs dans le domaine de la sécurité routière. Pendant le mois sacré du Ramadhan, une large campagne de sensibilisation sera organisée au profit des conducteurs et des piétons pour les sensibiliser quant à la nécessité de respecter le code de la route, notamment avant et après la rupture du jeûne, a révélé le colonel Guemmat.