Le ministère de la Justice a annoncé les modalités concernant l’organisation des concours pour l’accès aux professions de notaire et d’huissier de justice, comme le déterminent les arrêtés parus dans le dernier numéro du Journal Officiel.

Dans le contenu des arrêtés publiés à ce propos, il est stipulé que le concours est ouvert à tout candidat remplissant certaines conditions, à savoir jouir de la nationalité algérienne et être titulaire d’une licence en droit ou d’un diplôme équivalent.
Il doit être âgé de 25 ans, au moins, jouir des droits civiques et politiques et de la capacité physique nécessaire pour l’exercice de la profession.
Le candidat ne doit pas avoir été condamné pour crime ou délit à l’exception des infractions non intentionnelles. Il ne doit pas avoir été condamné en tant que gestionnaire pour délit de faillite sauf réhabilitation et ne pas être un officier public déchu, un avocat radié ou un agent de l’Etat licencié par mesure disciplinaire définitive.
Les inscriptions seront clôturées 20 jours après la date de la publication de l’annonce d’ouverture du concours dans la presse nationale et sur les sites électroniques du ministère de la Justice et des Cours. La date de déroulement du concours sera communiquée par les mêmes voies citées ci-dessus.
Le concours comprend deux épreuves écrites d’admission et une épreuve orale pour l’admission définitive. Les épreuves écrites visent à évaluer les connaissances juridiques des candidats tandis que l’épreuve orale a pour but d’évaluer leurs connaissances juridiques et générales ainsi que leurs capacités de communication nécessaires à l’exercice de la profession, retient-on de la lecture des arrêtés publiés dans le Journal Officiel. Il est à signaler que les deux concours suscitent généralement l’intérêt et la participation de milliers de jeunes diplômés dans notre pays, notamment parce que ces deux créneaux permettent aux professionnels de travailler de façon libérale et pour leur propre compte.