Par Fereil Nourine
Le nombre d’abonnés à l’internet, fixe et mobile, continue de croître en Algérie. Il atteint 45,30 millions durant le 3e trimestre de 2021, contre 43,92 millions durant le trimestre précédent, selon le dernier rapport de l’Autorité de régulation de la Poste et des communications électroniques (ARPCE).
Ce nombre est largement dominé par les abonnements à l’internet mobile (3G, 4G, GSM), peut-on aisément constater à travers les chiffres détaillés de l’ARPCE. Laquelle a recensé plus de 41,26 millions d’abonnés durant le 3e trimestre de l’année dernière, contre 39,97 millions durant le 2e trimestre de la même année, alors que pour les abonnés au fixe (ADSL, FTTH et 4G LTE/Wimax), l’Autorité a enregistré 4,02 millions de souscripteurs auprès d’Algérie Télécom au 31 septembre 2021 (3,95 millions au 30 juin 2021). Ainsi, «91,08 % du total des abonnés de l’internet en Algérie sont des abonnés de la téléphonie mobile, contre 8,92 % d’abonnés de l’internet de téléphonie fixe», résume le rapport.
Cette cartographie à très forte prédominance de l’internet mobile chez les Algériens obéit en grande partie à une logique commerciale qui se justifie par l’accessibilité aisée au réseau que se partagent les trois opérateurs Mobilis, Djezzy et Ooredoo. Il suffit, en effet, de choisir son opérateur, l’une de ses nombreuses offres, de payer et vous êtes connecté à internet.
Mais l’écart entre le nombre de clients du mobile et ceux du fixe aurait été sans doute moins exagéré si le réseau d’Algérie Télécom était accessible à tout le monde. Ce qui n’est nullement le cas, sachant que pour accéder au fixe il faudra passer par une ligne téléphonique que l’entreprise publique n’arrive toujours pas à assurer dans de nombreuses régions du pays, poussant aussi bien les ménages que les entreprises à recourir au mobile, même si ce réseau est nettement plus coûteux que le fixe lorsqu’il s’agit d’en faire un usage partagé, ne serait-ce que dans le cadre de la scolarité des enfants.
Ceci dit, il y a lieu de retenir que les 41,26 millions d’abonnés au mobile recensés par l’ARPCE au 3e trimestre de 2021 représentent, en réalité, le nombre total de puces téléphone et internet vendues par les trois opérateurs durant cette période. Or, un seul abonné peut avoir acheté plusieurs puces en l’espace d’une seule année, pour migrer d’une formule à une autre, selon l’offre qui lui convient.
Autrement dit, les abonnements au réseau mobile s’évaluent en quantité de puces écoulées et non en nombre de personnes physiques.
S’agissant de l’évolution du parc global d’abonnés par opérateur, Mobilis demeure en tête en termes d’abonnés aux réseaux GSM (3G et 4G) au 3e trimestre de 2021 avec 19,97 millions d’abonnés, suivi de Djezzy (14,34 millions) et d’Ooredoo (12,47 millions), indique encore l’Autorité de régulation. Elle précise que l’opérateur Mobilis enregistre ainsi une évolution de son parc d’abonnés GSM, 3G et 4G avec 19,97 millions au 31 septembre de l’année en cours, contre 19,22 millions d’abonnés durant la même période de l’année précédente, relève le rapport. Il est suivi de l’opérateur Djezzy avec 14,34 millions d’abonnés au 3e trimestre de 2021 (14,21 millions au 2e trimestre en cours) et Ooredoo avec 12,47 millions d’abonnés aux technologies 3G et 4G au 31 septembre 2021 (12,40 millions durant le trimestre précédent).
Le parc des abonnés actifs de la téléphonie mobile en Algérie a enregistré une hausse de 2,09% en trois mois, passant de 45,83 millions abonnés au 2e trimestre de l’année 2021, à 46,79 millions abonnés au 3e trimestre de la même année, selon l’ARPCE.