La modernisation des institutions financières publiques et la numérisation de leurs services sont le travail entamé par son département le 31 mars 2018

, afin d’offrir à leurs fonctionnaires des espaces adéquats de travail pour un bon rendement des services financiers et, de leur côté, les agents offriront une meilleure qualité de prestation à leurs clients et opérateurs économiques, a affirmé le ministre des Finances Abderrahmane Raouya, au cours de sa visite de travail effectuée ce jeudi dans la wilaya de Sidi Bel Abbès. Le projet de numérisation des services financiers va s’étendre à tous les établissements financiers du pays, vers la fin de l’année 2019, soulignera-t-il. Il n’omettra pas de rappeler le rôle que doivent jouer les banques pour le développement local, ce qui impose plus d’efforts pour attirer les investisseurs. Et pour ce faire, il insiste sur la facilité des procédures et d’offrir un produit moderne à leurs clients. « Les banques doivent accompagner les investisseurs sur terrain et au niveau de leurs locaux, afin de réaliser la croissance économique escomptée par les pouvoirs publics », explique le ministre, qui dira que les opportunités financières offertes par l’Etat algérien aux opérateurs économiques incitent à l’investissement local et à contribuer au développement du pays ». L’objectif du ministère des Finances est la réalisation d’une croissance, soulignant que la situation financière actuelle du pays exige la diversification économique pour faire face également à l’épuisement des réserves financières. S’agissant du recouvrement de la fiscalité, M. Raouya a déclaré que les chiffres communiqués par la direction générale des impôts indiquent qu’il y a une grande amélioration à travers le territoire national et ce, grâce aux nouvelles techniques mises en place. Les responsables du centre régional des impôts de Sidi Bel Abbès a, quant à lui, signalé qu’en 2018, il a été constaté une progression en matière de recouvrement des fiscalités suite à la réalisation des centres de proximité des impôts. Enchaînant, le ministre rassure que le taux d’inflation qui a atteint 4,5% en 2018, se stabilise le long de l’année 2019 et pour ce qui est du dinar algérien, il indiquera que son département œuvre avec la Banque nationale d’Algérie pour le maintien de son équilibre par rapport aux devises étrangères