A l’occasion du lancement d’un portail Web dédié à l’Organisme national de contrôle technique de la construction, le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a indiqué que tous les organismes relevant de son département seront dotés d’un outil informatique qui leur permettra de travailler sur la numérisation des différents services.

Le ministre a souligné que le projet de numérisation «est une priorité  du gouvernement», d’où la nécessité «d’accélérer la cadence pour y parvenir rapidement». Devant les cadres et responsables du CTC, il a indiqué que le monopole sur certaines activités ne doit pas «être un tremplin pour rester figé». Il a appelé à «s’améliorer et accompagner le développement technologique», soulignant que, dans les prochains jours, la CNL se mettra de la partie avec le lancement d’un portail dédié. «La feuille de route tracée pour la numérisation concerne également les services destinés aux citoyens et non seulement pour les professionnels», a-t-il encore dit. Ajoutant que le bilan de la réalisation de ce portail web du CTC lui sera soumis dans les trois mois à venir, pour évaluer la pertinence, identifier les manques et apporter les correctifs nécessaires aux manquements.
Concernant le projet du CTC, il se résume à la mise sur pied d’un logiciel permettant l’envoi automatique des livrables, la réception, en version numérique, du bon de commande et des pièces écrites et graphiques du dossier soumis au CTC.
Ce progiciel méthodologique prend en charge toute l’opération, réalisée sur papier auparavant, qui sera désormais numérisée dans toutes ses étapes.
Elle permet, selon les responsables du CTC, la dématérialisation du processus, une plus grande performance, une amélioration nette de l’environnement professionnel et un basculement instantané du dossier vers un archivage numérisé et offre un accès permanent aux clients à travers ce portail dédié. «Cette numérisation permettra, également, de gagner du temps, du papier et une offre informationnelle permanente pour tous les intervenants dans le secteur», a dit M. Oukaci, directeur général du CTC. Sur ce point, le ministre a suggéré aux responsables du CTC de faire appel aux différents Ordres et Associations d’entrepreneurs pour avoir le maximum d’informations sur les intervenants dans le but de faciliter l’accès et l’identification des maîtres d’ouvrage et des entreprises réalisatrices. Sur un autre volet, il a appelé à l’implication des citoyens dans ce processus pour mieux sécuriser les constructions individuelles. «Il faut vulgariser ce service auprès des citoyens pour qu’ils sollicitent vos services dans leurs projets personnels, car l’Etat se doit d’intervenir en cas de catastrophe naturelle, surtout si les réalisations ne répondent pas aux normes», a-t-il dit.
Ajoutant que sur le plan des réalisations, «il est nécessaire au CTC de se former dans les nouvelles techniques de construction qu’utilisent les pays qui sont dans le même degré de risque de sismicité que l’Algérie».