Abdelmadjid Zaâlani a été élu mercredi à la majorité président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), en remplacement de Bouzid Lazhari.

L’élections s’est déroulée au siège de la Cour suprême (Alger), au terme de la cérémonie d’installation des 38 membres du CNDH, qui s’est déroulée en présence du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Abderrachid Tabi, du président de la Cour constitutionnelle, Omar Belhadj, du conseiller du président de la République chargé des affaires juridiques et judiciaires, Boualem Boualem, et du Premier président de la Cour suprême, Tahar Mamouni.

Dans une allocution prononcée à cette occasion, le ministre de la Justice a affirmé qu’avec l’installation des membres du Conseil national des droits de l’Homme “l’Etat a posé un nouveau jalon dans le renforcement des droits et des libertés” dans le cadre du “parachèvement de l’édifice institutionnel conformément aux dispositions de la Constitution du 1er novembre 2020 et au titre de la démarche globale du Programme du président de la République visant à doter l’Algérie d’institutions fortes et pérennes à même de consacrer l’Etat de droit”.