On aurait aimé que Abdelkader Bouazgui, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, en visite de travail dans la wilaya de Constantine, se prononce sur le saignement en règle que subit le portefeuille du citoyen depuis l’entame du mois sacré.

Il n’en a rien été, puisque la visite s’est limitée aux côtés techniques du secteur de l’agriculture. C’est ainsi que le ministre s’est rendu à Khroub pour inaugurer un silo à grains d’une capacité de stockage de 50 000 tonnes à la CCLS locale. Sur place, il dira prévoir une campagne de moissons-battages qui dépasserait les 173 000 tonnes de blé, «dans une wilaya qui dispose de tous les atouts, naturels et matériels pour être toujours parmi les premières du pays». Le silo inauguré devrait participer, avec ceux déjà existants, à une conservation du produit dans de bonnes conditions. M. Bouazgui annoncera aussi qu’au niveau national, et après une rencontre avec les cadres de son secteur, il a été recensé des capacités de stockage de 131 millions de quintaux de blé, en attendant la réalisation de 8 autres silos par une entreprise chinoise, pour un coût de 22 milliards de dinars, celui de Constantine étant le premier réceptionné.
Une agriculture ne se faisant pas sans eau, le ministre s’est dit insatisfait des surfaces agricoles irriguées qui ne dépassent pas les 3 000 hectares. «Nous ne pouvons plus compter sur la pluie uniquement, nous allons voir avec le ministère des Ressources en eau pour avoir un supplément des eaux de Beni Haroun et augmenter les surfaces irrigables», déclarera-t-il après son étape à Khroub. L’utilisation des pesticides est sous contrôle et les quelques cas signalés ne sont pas importants, a-t-il signalé, occultant les précisions sur le retour de la pomme de terre algérienne de Russie, renvoyée à l’expéditeur.
M. Bouazgui exhortera aussi les agriculteurs à investir dans d’autres secteurs de l’agriculture, comme les fruits et légumes et l’élevage de bovins. C’est sans doute dans cette optique qu’il ira rendre visite à la ferme modèle de Benlebdjaoui, dédiée justement aux fruits et légumes, au niveau de la commune d’Aïn S’mara, ainsi que celle de Djeghbellou, à Ouled Rahmoune, qui excelle dans l’élevage de bovins. Le ministre nous dévoilera aussi un marché entre l’OAIC et une entreprise mixte, Batimétalet, une entreprise italienne, pour la réalisation de 30 silos d’une capacité de stockage de 5 millions de quintaux. Il ne manquera pas de signaler la lenteur de réalisation de ces moyens de stockage, allant jusqu‘à menacé Batimétalet de sanctions, car es travaux n’ont pas dépassé les 22% et «les délais de réalisation sont passés de 30 à 60 mois».
Abdelkader Bouazgui fera l’impasse sur la visite des moulins Kenza dans la commune Didouche-Mourad, mais ira quand même jeter un œil sur ses capacités de stockage de blé au niveau de la commune de Béni H’midène.