A une semaine de la fête d’El Mawlid Ennabaoui, Oran est devenu le théâtre de la guerre des pétards qui ébranlent les quartiers populaires, des scènes qui durent jusqu’à des heures tardives de la nuit.

De Petit Lac à Saint-Pierre en passant par El Hamri et Médioni, les nuits des Oranais sont désormais au rythme du bruit retentissant de ces produits chinois. Plusieurs Oranais déplorent que ces pétards dangereux soient disponibles aussi facilement au point d’inonder les marchés et les rues. Mais comme leur prix sont chers et peuvent atteindre 1 million de centimes, pour un flambeau puissant et très bruyant, considéré comme étant une arme très demandée par les jeunes des quartiers qui se lancent chaque nuit dans une guerre de pétards, ce qui motive les jeunes vendeurs informels à tenter le coup. Les différentes traques menées par les services de la police contre la commercialisation de ces pétards se sont avérées une chimère face au nombre de vendeurs qui décorent déjà nos quartiers et nos marchés, approvisionnés par des importateurs en gros qui ont inondé le port de ces produits d’origine chinoise.
En attendant que cette fête passe, la vigilance est le seul moyen pour éviter des blessures qui auront des conséquences graves sur les personnes. De leur côté, les éléments de la Protection civile sont sur le qui-vive afin de répondre aux appels d’urgence des citoyens, tout comme les équipes médicales au niveau des hôpitaux qui seront également prêtes pour les premiers soins.
J. M.