C’est hier que le regroupement de l’équipe nationale de handball à Alger a pris fin. C’était le dernier stage à Alger avant de s’envoler à Varsovie (Pologne) pour prendre part à un tournoi international pré-compétitif. Les poulains d’Alain Portes entament ainsi la dernière ligne droite avant le rendez-vous planétaire et ce Championnat du Monde qu’abritera l’Egypte du 13 au 31 janvier prochain.

C’est avec la contrainte d’une situation pandémique délicate que le sept national s’est préparé pour le Mondial de la petite balle. Le Coronavirus a même perturbé les plans d’Alain Portes qui a dû décaler un stage par lequel les joueurs évoluant dans le championnat local étaient concernés. Et ce, en raison de la contamination de bon nombre d’éléments compromettant le regroupement. Toutefois, le technicien français a pu avoir ses protégés locaux ainsi que ceux qui jouent dans le championnat du Qatar, Hichem Kaâbache et Noureddine Hellal, coéquipiers à Al-Ahly ainsi que de Mustapha Hadj Sadok qui joue dans les rangs d’Al-Wakrah, sous sa coupe depuis mardi 01 décembre. Pendant 8 jours, 21 handballeurs ont travaillé ensemble pour soigner les aspects technico-tactiques dans l’espoir d’optimiser les automatismes et préparer l’évènement international de la meilleure manière qui soit.

La coupure et l’obligation de tout recommencer
Malgré les aléas liés à la COVID-19, Portes espère en tirer le maximum de son groupe dans l’optique de « remettre les joueurs d’aplomb, notamment sur le plan physique. J’ai l’impression de recommencer mon travail de zéro, car la coupure a complètement chamboulé le travail entamé depuis mon arrivée.» Malgré ce contretemps et facteur perturbateur, Laporte a tenu à rappeler, néanmoins, que « toutes les sélections sont inactives depuis janvier, ce qui signifie qu’elles sont au même niveau de forme. Nous avons déjà entamé notre préparation en se focalisant sur nos adversaires. Le plus important est d’être prêt le jour J et d’essayer d’aller le plus loin possible dans la compétition.»
Dans la messe planétaire, qu’elle retrouve après deux absences consécutives en 2017 (France) et 2019 (Allemagne – Danemark), la sélection algérienne se retrouve dans une poule « F » où figurent le Maroc qu’elle croisera dès l’ouverture le 14 janvier. Il y a aussi l’Islande et le Portugal contre lesquels l’EN jouera lors des deuxième et troisième journées programmées le 16 et 18 janvier dans l’ordre.

La Pologne puis le Qatar en « escales » avant l’Egypte
Avant les choses sérieuses, les camarades du gardien khelifa Ghodbane, qui sera certainement l’un des Fennecs à suivre lors de l’étape égyptienne, il y aura une répétition polonaise dans un tournoi, prévu du 26 au 29 décembre, qui les verra se mesurer à la Biélorussie (27 décembre), puis la Pologne (28 décembre) et la Russie (29 décembre). Le tout en ayant préalablement donné la réplique au pays hôte le 21 et 22 décembre. Au final, et avant de se rendre au pays des Pyramides le 11 janvier 2021, il y aura ce test ultime contre le Bahreïn à Manama. Un bon paquet de rencontres durant lesquelles les médaillés de bronze de la dernière CAN de handball essayeront de parfaire leur forme afin de livrer un bon Mondial et faire oublier cette 24 et dernière place lors de la dernière présence à ce niveau au Qatar en 2015.n