Le Front de libération nationale (FLN) a enregistré, aujourd’hui, plusieurs démissions. Elles concernent les postes de conseillers auprès du secrétaire général, récemment nommés à la faveur du comité central de jeudi dernier, ainsi que le président de la commission des sages, Mohamed Alioui. Contacté par nos soins, Badji Abou el Fadl a déclaré, à Reporters, être démissionnaire du poste de conseiller.  Selon lui, il n’est pas le seul à claquer la porte. « Si Affif ainsi que Nacer Farah sont également démissionnaires », a-t-il expliqué. « Je démissionne de mon poste car j’ai été nommé conseiller sans qu’on me consulte ni qu’on m’explique quoi que ce soit. J’ai été surpris que mon nom soit soumis à approbation des membres du CC  jeudi dernier », a-t-il expliqué. Avant de préciser : « Je me retrouve dans les mêmes conditions que j’ai vécues du temps de l’ancien secrétaire général, Djamel Ould Abbès en ce sens qu’il est question d’une violation des textes du parti ainsi qu’une marginalisation des compétences. » Badji relève le nombre de 29 membres du bureau politique désignés par le secrétaire général  du parti Mohamed Djemiai alors que les textes du parti prévoient un BP de 19 membres au maximum. De son côté, Mohamed Alioui, le président de l’Union nationale des paysans algériens (UNPA), a formalisé sa démission de la commission des sages à travers un communiqué rendu public aujourd’hui. Les raisons de sa démission tout autant que celles de Badji sont inhérentes à leur absence de la liste des membres du bureau politique. En effet, beaucoup de membres du comité central (CC), qui avaient accompagné Mohamed Djemiai et l’avaient aidé à accéder au poste de secrétaire général du parti en remplacement de Ould Abbès avaient espéré un retour d’ascenseur. Seulement, la liste du bureau politique, statutairement, ne peut pas excéder 19 membres. Et compte tenu de l’insistance de beaucoup de membres du CC pour figurer au BP, Djemiai a dû même outrepasser les textes du parti pour permettre à un grand nombre de figurer dans cette instance exécutive. Mais faute de figurer dans le BP, des membres du CC contestent la décision de Djemai. Selon des membres du comité central, il est attendu d’autres démissions de conseillers et de membres du Cabinet prochainement. « On s’attendait à être  membres du BP, mais voilà que le secrétaire général nomme des gens qui ne se sont jamais mobilisés pour le parti, on ne peut donc accepter cette situation », nous explique-t-on. Pour rappel, la session ordinaire du Comité central  s’est clôturée jeudi avec la nomination de 19 membres du nouveau bureau politique. Deux jours après, le nombre des membres du BP est passé à 29. « Nous avons voulu nommer en majorité de nouveaux visages et des universitaires, ainsi que quelques anciennes figures, dont Ahmed Boumehdi et Mustapha Mazouzi », nous explique un proche de Djemai. Aussi, et hormis le BP, il a été question de la nomination de 7 nouveaux postes de conseillers chargés de missions auprès du secrétaire général. Dans le même temps, il a été question de la nomination  de 5 membres du cabinet du secrétaire général  à l’instar de  Fodil Saâdine, Frikha Amar et Nadir Boulakroune.