Les fondations d’une salle de prière datant du XIIe siècle ont été découvertes sous la mosquée al-Nouri, emblématique bâtiment de la métropole irakienne de Mossoul, en pleine restauration après avoir été ravagée par le groupe Etat islamique (EI), a-t-on appris auprès de responsables du site mardi. Toujours en cours de restauration par l’Unesco, la mosquée et son minaret du XIIe siècle –surnommé par les habitants «la bossue» (Al-Hadba)– avaient été détruits en juin 2017, l’armée irakienne accusant l’EI d’avoir placé des explosifs dans ces joyaux de la vieille ville. Les fouilles menées dans les sous-sols de la mosquée ont permis de découvrir les fondations d’une salle de prière musulmane datant du XIIe siècle, a expliqué à l’AFP Khaïr Eddine Nasser, directeur du département des Antiquités et du Patrimoine du gouvernorat de Ninive, dont Mossoul est le chef-lieu. Cette découverte permet «de mieux connaître la superficie de la mosquée al-Nouri et de cette ancienne salle de prière, mais aussi les bassins des ablutions, ce qui augmente l’importance de ce site historique et archéologique», a-t-il dit. Les fouilles, financées par les Emirats arabes unis, sont menées par son département avec le soutien de l’Unesco. Selon M. Nasser, «les fondations de l’ancienne salle de prière sont plus étendues que celles de la salle de prière construite dans les années 1940», et qui se trouve en surface. Les fouilles ont également mis au jour «quatre salles où avaient lieu les ablutions, sous l’ancienne salle de prière. Elles sont reliées entre elles et construites en pierre et en plâtre». «Chaque salle mesure 3,5 m de large et trois mètres de haut. Elles sont environ à six mètres sous terre et contiennent des bassins en albâtre de 60 cm de profondeur», a-t-il précisé. La mosquée al-Nouri tient son nom de Noureddine al-Zinki, qui ordonna sa construction en 1172. Elle a été détruite et reconstruite en 1942 dans le cadre d’un projet de rénovation. Al-Hadba, qui a conservé sa structure pendant neuf siècles, était un des seuls vestiges du bâtiment d’origine. C’est ici que Abou Bakr Al-Bagdadi, alors chef autoproclamé de l’EI, avait effectué sa seule apparition publique, annonçant à l’été 2014 l’établissement d’un «califat». Pour son initiative «Faire revivre l’esprit de Mossoul», l’Unesco a levé en 2019 plus de 100 millions de dollars, pour moitié promis par les Emirats arabes unis. Les travaux de restauration à la mosquée doivent être terminés d’ici fin 2023.