Ce sont des dossiers liés à l’actualité nationale et déterminants pour l‘évolution de la situation socio-économique du pays qui ont été traités lors du Conseil des ministres, tenu dimanche. A l’exemple notamment du dossier portant sur la stratégie à mettre en place pour le développement des ressources en eau non conventionnelles, en cette période qui voit les eaux pluviales se raréfier, ou encore celui relatif au parachèvement du tronçon de l’autoroute Est-Ouest sur l’axe de la wilaya de Béjaïa, considéré comme un passage cardinal pour l’activité économique et commerciale du pays, indique le communiqué de la présidence. Un Conseil des ministres également à caractère politico-judiciaire, avec, entre autres questions, le renforcement du système juridique servant à la lutte contre le terrorisme.

Par Feriel Nourine
En matière de ressources en eau, le président de la République a donné des orientations pour que la priorité des projets soit absolument accordée aux ressources non conventionnelles, afin de «renforcer les réserves en eau potable et rationaliser sa consommation», lit-on dans le communiqué.
Les nombreux barrages construits à travers le pays en quelques petites années, sous l’effet salvateur d’une bonne période marquée par des hivers généreux en pluviométrie, commencent donc à montrer leurs limites dans un pays comme l’Algérie, classé zone à risque permanent de sécheresse par sa situation géographique et son climat.
Ce qui est en train de provoquer un recul inquiétant de ressources en eau douce, lequel se vérifie à tous les niveaux de la demande, dont les ménages qui font face à un programme de distribution d’eau potable à forte dominante de coupures répétitives.
Il ne reste donc que les côtes dont le pays peut se réjouir de posséder, avec un potentiel enviable et capable de représenter une garantie dans la gestion de la stratégie nationale de gestion de la ressource hydrique. D’où les orientations formulées par Abdelmadjid Tebboune dans cette optique, après avoir écouté un exposé anti-pénurie du ministre du secteur. Le premier responsable du pays a ainsi instruit de la création d’une Agence nationale de supervision de la gestion des stations de dessalement de l’eau de mer, sous la tutelle du ministère de l’Energie, de la réalisation de nouvelles stations de dessalement d’eau de mer en tenant compte de la rapidité de réalisation et du choix stratégique des sites, de l’activation de toutes les lignes des stations de dessalement d’eau de mer en vue d’augmenter les réserves en eau, mais aussi de l’interdiction d’exploitation des eaux souterraines dans la plaine de la Mitidja et leur utilisation exclusive dans l’irrigation agricole dans la région.
Autoroute est-ouest : l’axe Béjaïa peine à sortir du chantier
Dans le même volet socio-économique, le chef de l’Etat a également instruit les responsables concernés de parachever le tronçon de l’autoroute Est-Ouest sur l’axe de la wilaya de Béjaïa et sa mise en service dans les plus brefs délais afin de fluidifier la circulation au regard du trafic économique et commercial sur cet axe. Lancé en 2013, ce projet devait être livré depuis 2016, mais est toujours en souffrance. Cette pénétrante relie le port de cette ville à l’autoroute est-ouest au niveau d’Ahnif à Bouira sur 100 km.

Moissons-battage 2020-2021 : les moyens scientifiques pour une production maximale
Commentant l’exposé du ministre de l’Agriculture et du Développement rural concernant les préparatifs de la saison moissons-battage 2020-2021, le président de la République a souligné l’importance d’adopter des moyens scientifiques disponibles en vue de relever les niveaux de production céréalière, d’associer des comités composés d’ingénieurs agronomes en vue d’étudier la nature des terres agricoles et de dégager un plan stratégique d’organisation des spécialités de production, de s’orienter davantage vers la spécialisation de la production du blé dur, étant le plus coté sur le marché international, tout en tenant compte de la nature des terres agricoles en Algérie et en œuvrant à l’exploitation du surplus de production locale en blé dur et à la réduction des quantités importées de blé tendre et de révision de la cartographie de céréaliculture, notamment le blé dur, selon les spécifications techniques, géographiques et économiques de chaque région et l’élaboration d’une conception globale et réaliste, en vue d’opérer une véritable révolution en matière de production des céréales et des semences. Il est également question d’entamer une action de sensibilisation de grande envergure, en vue de changer les mentalités dans ce secteur, tout en œuvrant à davantage d’incitation, à l’effet d’augmenter la moyenne de production dans l’hectare.
Dans un autre registre, le Conseil a décidé de reporter l’examen et l’approbation du projet d’amendement du code du commerce et du projet d’ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966 portant code pénal dans son volet relatif à la révision de la dépénalisation de l’acte de gestion et des actes de management des entreprises, jusqu’à l’élection de l’Assemblée populaire nationale (APN), afin d’approuver ces amendements importants pour un approfondissement et une consécration de la pratique démocratique, indique encore la même source.

Vers la création d’une liste nationale des personnes et des entités terroristes
La réunion de dimanche s’est également penchée sur le renforcement du système juridique de lutte contre le terrorisme, notamment à travers la création d’une liste nationale des personnes et des entités terroristes. En ce sens, le Conseil des ministres a adopté un projet d’ordonnance modifiant l’ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966 portant code pénal. Cette adoption renvoie à la décision prise par le Haut-conseil de sécurité, il y a deux semaines, de classer «organisations terroristes» les mouvements Rachad et MAK. Cette décision avait cependant besoin d’un cadre juridique pour trouver place sur le terrain de la lutte antiterroriste, sachant que l’Algérie ne possède pas sa propre liste d’organisations terroristes. D’où le projet d’ordonnance adopté en vue de corriger le vide en la matière et permettre la création d’une liste nationale de personnes et d’entités terroristes, à l’exemple des deux groupes Rachad et MAK. Reste à savoir, néanmoins quelles seront les critères qui serviront à établir pareille liste.
A noter, enfin, qu’à l’entame de ce Conseil des ministres, le président de la République a ordonné de dispenser les étudiants et les personnes âgées à faible revenu parmi les Algériens de retour au pays de payer les frais d’hébergement relatifs à l’isolement. Il a également ordonné de baisser les frais d’hébergement de 20% pour les Algériens de retour au pays. Un retour qui commence aujourd’hui 1er juin, faut-il le rappeler.