A l’occasion du premier anniversaire de la Fondation Amina-Abdelkrim-Ben Bahmed (FAABBA) et de son musée «Itinéraires Algérie Afrique», les visiteurs sont conviés, dès aujourd’hui, à découvrir tout au long de la semaine, de 10H à 18H, la nouvelle présentation pour cette nouvelle année d’existence du premier musée privé d’Algérie.

Par Sihem Bounabi
En effet, le musée convie les visiteurs à découvrir des objets d’arts africains originaires de tout le continent classé par «grandes familles culturelles» en proposant notamment la découverte de nouvelles pièces, masques, statuettes, instruments de musique, monnaies africaines, etc. A noter qu’en dépit de la pandémie de la Covid-19, la fréquentation du musée a connu en moyenne la visite d’environ 5 personnes par journée ouvrable l’année dernière. Les visites se poursuivront cette année dans le plus grand respect des mesures de prévention contre la propagation de la pandémie et le nombre maximum de personnes est de 4 personnes.
De même, à l’occasion de la célébration de ce premier anniversaire, la FAABBA annonce le lancement d’une initiative de réflexion (think tank), «Africa Up Coalition» qui a pour objectif «la mobilisation volontaire de l’intelligence africaine pour réfléchir sur toute thématique, ayant un caractère matériel et ou immatériel, au service du développement économique, social et culturel de l’Afrique», souligne un communiqué de la fondation, en ajoutant que «ce cercle de réflexion réunit déjà d’éminents intellectuelles du continent africain reconnus dans leurs disciplines respectives, mais aussi de jeunes universitaires algériens», souligne la fondation dans un communiqué parvenu à la Rédaction. Il a noté que la fondation a mis au point son site web www.faabba.org qui se veut la vitrine de la fondation dans le domaine muséal, documentaire et de la recherche, ainsi qu’un lien vers la page Facebook de la fondation.
Pour rappel, il y a une année, à l’occasion de l’inauguration de ce musée, le Président de la FAABBA, Abdelkrim Rachid Ben Bahmed, avait confié que c’est à l’occasion de la commémoration de la première année de la disparition de son épouse Amina Ben Bahmed qu’il a voulu lui rendre hommage en concrétisant la création de cet espace qu’«elle a fortement inspiré et contribué de son vivant à la naissance de ce lieu d’histoire et de mémoire célébrant nos racines africaines». Il avait ajouté que «c’est pour lui rendre hommage que nous avons choisi d’ouvrir le musée au public, aujourd’hui, en cette date du 17 octobre, afin d’exaucer son vœu de faire connaître la richesse de la culture africaine dans l’esprit de fraternité qui ont caractérisé toutes les rencontres que nous avons faites au fil des circonstances en Afrique».
Ainsi, c’est en s’inscrivant dans la continuité de ce concept que les membres de la fondation confrontent leurs observations, connaissances et idées, dans le but de produire, notamment, des propositions susceptibles de répondre aux défis auxquels font face l’Algérie, particulièrement, dans ses relations avec le reste de l’Afrique, pour contribuer, notamment, à rehausser ses images de marques africaines et internationales. n