Le projet de loi de finances complémentaire a été adopté, hier, à la majorité par les membres
de la chambre basse du Parlement à l’issue d’une journée houleuse.

Il n’y a pas eu donc surprise et le suspense de la matinée, créé à la suite de l’absence d’une bonne partie des députés, a fini par s’estomper dans l’après-midi. La séance du vote du PLFC a été initialement prévue le matin, dès 9h00, mais le quorum nécessaire pour que l’Assemblée puisse délibérer n’étant pas atteint, le président de l’APN, Slimane Chenine, a été contraint de reporter la séance de vote à l’après-midi. La raison invoquée : « Au vu de la situation que connaît le pays notamment avec la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (COVID-19) et ce qu’elle induit comme difficultés en matière de déplacement, le quorum n’est pas atteint ». La séance a repris peu après 15 heures après que le quorum ait été atteint. La séance ne s’est pas déroulée dans le calme, puisque certains députés ont tenu à marquer leur opposition au projet de loi de finances complémentaire 2020 en brandissant des pancartes hostiles au texte. La Commission des finances et du budget de l’Assemblée a retenu quelques amendements proposés et rejetés d’autres, ce qui a donné lieu à une lecture des articles réécrits et les proposer au vote des députés. Entre autres amendements validés par la Commission des Finances et du budget, il s’agit de réduire les augmentations des taxes sur les véhicules touristiques légers proposées par le projet de loi de finances complémentaire 2020. Un autre amendement relatif à la prolongation de l’application de la baisse de la Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) concernant les activités touristiques à 9%, de deux (2) années supplémentaires, au lieu de son annulation comme stipulé dans l’article 34 du projet de loi proposé par le gouvernement, a été également approuvé. Ladite commission a annulé la révision à la baisse du montant des devises autorisé à être transféré à l’étranger par les Algériens résidents. Le PLFC propose de ramener la valeur de la somme à 1000 euros alors que la loi de finances 2020 avait plafonné les transferts à 5000 euros. S’agissant de l’amendement proposé par les députés, appelant à la suppression pure et simple de l’article 24 concernant la hausse des prix du carburant, nous avons appris que l’amendement n’a même pas été transféré à la Commission des finances et du budget de l’APN. En tout et pour tout, une trentaine d’amendements ont été soumis à l’examen et à l’approbation de la Commission des finances et du budget de l’APN sur une cinquantaine et à l’issue d’une minutieuse opération de tamisage, ladite commission a validé quelques amendements qui se comptent sur les doigts d’une seule main. La séance a été ainsi levée après le vote de l’ensemble des articles. La loi de finances complémentaire 2020 doit ainsi entrer en vigueur sous peu, après son passage par le Conseil de la Nation, tel que souhaité initialement par le gouvernement. D’ailleurs, dans certains articles proposés par le PLFC, il est clairement écrit que leur mise en application devait intervenir dès le mois de juin, ce qui a fait sortir d’ailleurs certains députés en colère, critiquant la reprogrammation du PLFC pour satisfaire le vœu du gouvernement. n