Bonne nouvelle pour les producteurs de céréales du pays. En effet, leurs besoins en engrais, indispensables pour mener leur campagne céréalière, seront non seulement disponibles en quantités, mais aussi et surtout accessibles à crédit, dès lors où les intrants spécifiques à la culture des céréales sont dorénavant intégrés à la nomenclature des produits éligibles au crédit agricole, plus connu chez les gens de la terre de chez nous sous l’appellation «crédit Rfig».

Par Bouzid Chalabi
Une mesure rendue possible par le biais d’un contrat de partenariat conclu entre l’Entreprise nationale des engrais et produits phytosanitaires, Asmidal, et l’Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC). La cérémonie de signature s’est déroulée hier au siège du ministère de l’Agriculture et du Développement rural en présence de Abdelhamid Hamdani et Mohamed Arkab, respectivement ministres de l’Agriculcure et de l’Energie et des Mines.
Il faut savoir que cette mesure intervient à la veille du lancement de la campagne labours-semailles, où les céréaliculteurs doivent disposer, pour mener à bien leur campagne, d’une part, de la totalité du volume de semences qui leur est nécessaire en cette période précise et, d’autre part, de quantités importantes d’engrais ou matière organique. Si pour la première condition ce n’est plus un problème pour eux, car ils peuvent se fournir en semailles à crédit au titre de prêt de campagne ou Rfig, auprès des coopératives de céréales et légumes secs relevant de l’OAIC. Par contre, jusqu’ici, ils devaient payer cash leurs besoins en engrais (urée et NPK) auprès d’Asmidal. Ce qui, pour beaucoup de céréaliers, était considéré comme une contrainte les poussant à tricher faute de ne pouvoir disposer du financement nécessaire, c’est-à-dire ne pas respecter le dosage indispensable, tout en sachant que la moisson sera moyenne, voire faible. Mais pour cette campagne, le dosage indispensable sera respecté à la lettre dès lors où la contrainte du cash sur les engrais a été levée et, mieux encore, les coûts de références des engrais revus à partir de ce premier octobre. «Nul doute que la mesure de rendre éligible au crédit Rfig les engrais et celle de hisser les cours de référence des intrants spécifiques à la culture céréalière vont encourager nos céréaliculteurs dans leurs activités et, partant, de voir la production au-delà du paramètre de la pluviométrie», a souligné Hamdani. Comme il a tenu à annoncer à l’adresse des céréaliers que d’autres mesures vont être prises en leur faveur. «Le but étant de diminuer considérablement les volumes d’importation en blé dur. Un défi que nous pouvons relever dès lors où tout un dispositif d’encouragement à la production de cette variété de céréale est en vigueur», a-t-il précisé. Non sans rappeler enfin : «L’intensification de la production céréalière du pays est l’une des priorités du ministère de l’Agriculture et du Développement du pays, car il s’agit de sa sécurité alimentaire.»
De son côté, Mohamed Arkab s’est félicité que l’entreprise Asmidal «va contribuer à l’effort du pays pour augmenter sa production céréalière». «A travers ce contrat de partenariat, la demande locale en quantité des engrais indispensables aux diverses campagnes agricoles sera assurée. Comme je tiens à préciser que les engrais d’Asmidal sont d’une haute qualité et seront cédés à des prix défiant toute concurrence.»
Il importe de savoir qu’un autre contrat de partenariat entre l’entreprise Agrologue et la filiale de Sonatrach «3A» a été signé par les deux ministres à cette même occasion. Un accord qui porte sur l’échange d’expérience pour tout ce qui concerne la digitalisation dans les secteurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire.

Révision des prix de référence des engrais

La mesure de révision et d’ajustement des prix de référence des engrais de 20% entrera en vigueur le 1er octobre, a annoncé hier le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Abdelhamid Hamdani. Cette décision vise à soutenir les agriculteurs, notamment dans la filière céréales, et à réduire les charges de production pour un meilleur rendement. «Ces mesures vont permettre aux agriculteurs d’entamer la campagne labours semailles dans les meilleurs conditions», a déclaré le ministre en marge de la cérémonie de signature de deux conventions cadres entre l’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales (OAIC), le Groupe Industriel Engrais et Produits Phytosanitaire «Asmidal» , le groupe agro-logistique «Agrolog» et la société Agro-alimentaire Activité «AAA- Spa», filiale de Sonatrach. Le ministre s’est dit optimiste quant à la réalisation d’une bonne récolte céréalière cette année tout en arrêtant l’importation du blé dur dans les années à venir, notant que «l’Algérie ne se contentera pas de cette production, mais apportera un soutien fort aux agriculteurs en matière des céréales, en concrétisation de la décision du Président de la République de réduire les importations».