Le litige opposant l’USMA et les instances du football national au sujet de la programmation du derby algérois devant mettre aux prises les Rouge et Noir et le Mouloudia d’Alger n’atterrira pas chez le tribunal arbitral du sport sis à Lausanne (Suisse).

PAR REDACTION SPORTIVE
Du moins pour le moment, selon le porte-parole du club, Tarek Ghoul, qui a expliqué le non-recours au TAS de Lausanne par la crise financière que traverse l’USMA dans le sillage de l’incarcération du patron de son ancien propriétaire, le groupe ETRHB.
La perspective de voir l’USMA recourir à l’arbitrage des instances internationales s’est posée depuis que la requête du club auprès du tribunal du sport algérien a été rejetée dans l’affaire de son match perdu sur tapis vert contre le voisin, le MC Alger.
« Pour des raisons financières contraignantes, l’USMA ne donnera pas suite à cette affaire au niveau du TAS de Lausanne », a indiqué l’ancien latéral gauche des usmistes qui évoque une démarche financièrement très coûteuse.
« Porter l’affaire devant le TAS de Lausanne est une procédure trop coûteuse et la crise financière que nous traversons en ce moment ne le permet pas », a expliqué le porte-parole des Rouge et Noir, Tarek Ghoul.
Ce dernier n’a cependant pas écarté la possibilité de voir l’USMA introduire son recours auprès du TAS de Lausanne « si les comptes bancaires du club venaient à être débloqués prochainement ».
Le litige entre l’USMA et les instances nationales avait commencé quand l’USMA avait boycotté son derby contre le MCA au motif qu’il a été programmé pendant une date Fifa, alors que son effectif était amoindri de plusieurs internationaux, entre joueurs sélectionnés pour l’équipe nationale des militaires et les signataires étrangers des Rouge et noir.
Les Rouge et Noir pensaient être dans leur bon droit d’aller au bout de leur décision de boycott, surtout que le président de la Fédération algérienne de football, Kheireddine Zetchi, avait clairement expliqué à la Ligue qu’elle pouvait faire jouer des matchs de championnat national pendant les dates Fifa, à la seule condition que les clubs concernés soient consentants. Donc, pour la direction de l’USMA, s’il n’y avait pas consentement de sa part, le derby ne pouvait pas se jouer. Or, la Ligue a décidé de maintenir la programmation initiale, et lorsque l’USMA a déclaré forfait, la commission de discipline de l’instance l’a non seulement sanctionnée d’un match perdu sur tapis vert, mais aussi d’une défalcation de trois points. Convaincue d’avoir été lésée par cette décision, car pensant avoir boudé le grand derby algérois en étant dans son bon droit, l’USMA a interpellé le TAS Algérie, pour demander réparation. Mais ce dernier l’a déboutée dernièrement, en confirmant le verdict de la commission de discipline, à savoir un match perdu et défalcation de trois points. La seule possibilité pour l’USMA de recouvrir ses droits était donc de porter l’affaire plus haut, en saisissant le TAS de Lausanne, mais la crise financière qui étouffe le club depuis quelques mois a compromis ce projet. En effet, les comptes bancaires du club ont été gelés depuis l’incarcération du président et propriétaire du club, Ali Haddad, dans une vaste affaire de corruption, ayant concerné plusieurs politiciens et hommes d’affaires algériens. Certes, le juge d’instruction chargé du dossier avait ordonné dernièrement que ce blocage sur les comptes bancaires de l’USMA soit levé, mais le procureur de la République a fait appel de cette décision.
En tout état de cause, le dossier du match MCA-USMA continue d’être une des taches noires de la saison sportive 2019-2020 qui a bouclé hier sa phase aller.