Tous les voyants sont au rouge et les craintes d’assister à une tombée de rideau précoce de ce qui était un véritable rendez-vous et carrefour du théâtre amazigh à Batna chaque début du mois de décembre s’avèrent et jusqu’à l’heure légitimes et justifiées.

Sans tomber dans le catastrophisme, les amoureux du théâtre, mais aussi et surtout les comédiens qui jouent et s’expriment dans la langue de Massinissa ont de quoi s’inquiéter. Une 9e édition, porteuse de remous, de doute et de suspicion. En effet, les citoyens, qui ont l’habitude de voir les affiches de cette rencontre du quatrième art au moins dix jours à l’avance à travers toute la wilaya et celles limitrophes, n’ont pas eu ce plaisir ni ce privilège. Les affiches n’ont été collées qu’avant-hier, 10 décembre, avec un programme réduit et, de facto, un nombre de participants vu nettement à la baisse. 

Le festival dure cinq jours et n’y prendront part que neuf troupes, alors que dans un passé récent, les festivités duraient neuf jours avec pas moins de quinze troupes et une participation des quatre coins du pays. En effet, les comédiens sont aussi dubitatifs que perplexes, et y voient les prémices d’une mise à mort en filigrane. Dans une correspondance adressée aux médias, les responsables du festival, et à leur tête le commissaire du festival, Salim Souhali, explique le recul du nombre de journées du festival et la réduction des troupes participantes par les restrictions budgétaires qui ont obligé les organisateurs à agir de la sorte.
Un peu de restriction budgétaire et beaucoup d’amateurisme disent les participants. Dans cette nouvelle formule, les troupes participantes doivent repartir à la fin de leur spectacle, car leur prise en charge se termine à la fin de leur prestation, selon les dires des comédiens, qui souhaitent profiter du rendez-vous pour l’échange et le partage. Aucune troupe du Grand-Sud ne prend part à cette rencontre, ce qui pénalise toutes les variantes de la langue amazighe.
Des troupes des théâtres régionaux, des coopératives et des associations seront présentes, alors que le Théâtre régional de Batna prendra part avec trois nouvelles productions. Nous y reviendrons.n