Neuf pays prennent part à la première édition du festival international du monodrame féminin qui a débuté, hier et se poursuivra jusqu’au 5 février prochain, à la Maison de la Culture Mohamed Lamine-Lamoudi. En plus, plus de l’Algérie, seront présent à cette manifestation, la Palestine, l’Egypte, la Tunisie, le Maroc, la Libye, la Syrie, l’Espagne et l’Irak, a indiqué le commissaire du festival, Nabil Messai Ahmed à l’APS . La cérémonie d’ouverture du festival a été marquée par une représentation de 55 minutes intitulée « Dekkat », interprétée dans une langue mêlant l’arabe dialectal et classique réalisée par Tounès Ait-Ali et d’une scénographie de Mourad Bouchehir. La pièce retrace l’histoire d’une quadragénaire souffrant de troubles psychologiques et qui, dans un monde changeant qui a perdu ses valeurs humaines, vit isolée et recluse dans un milieu social plein de haine, de rancœur et de vengeance, la poussant jusqu’à la toxicomanie. Lors du festival, l’Algérie prend part avec deux œuvres, « Aoudjaâ El-Semt» et «Ahat El-Djazair », deux représentations inspirées de la vie quotidienne. La Tunisie est présente avec deux œuvres également, «Radjelouna » et « Deta Youm », tandis que la Palestine, la Libye et la Syrie présentent respectivement « El-Medjenouna », « Hikaya Traboulsia » et « Nadima ». Les œuvres « Anyab » (Irak), « Achikatou El-Mawt » (Maroc), « Ana Carmen » (Egypte) et « Kadiyet Foustane » (Espagne), figurent aussi au programme de ce festival dédié à la regrettée comédienne Sonia.
En marge du festival, se tiennent trois ateliers de formation consacrés à la scénographie, l’interprétation et le script, en plus de la présentation de quatre communications académiques en rapport avec le monodrame et les expériences algérienne, tunisienne et libyenne dans le théâtre féminin. Cette première édition du festival international du monodrame féminin est organisé par l’association «Settar» de création théâtrale