Ils sont encore 16 à rêver de brandir la coupe aux grandes oreilles. La Ligue des Champions UEFA revient ce soir pour le compte des huitièmes de finale aller et nous offre des affiches qui font déjà écarquiller les pupilles des amoureux de la balle ronde.

Pour la soirée d’aujourd’hui, il y aura deux matchs où la promesse d’assister au spectacle footballistique est déjà faite. Un alléchant SL Benfica – Borussia Dortmund à Lisbonne (Portugal) et, surtout, le duel entre le Paris Saint-Germain et le FC Barcelone dans la capitale française.

Le 6e affrontement en LDC lors des 5 dernières éditions, le PSG et le « Barça » se retrouvent, encore une fois, dans l’épreuve reine au Vieux Continent. Le bilan est en faveur des «Blaugranas» avec 3 succès, 2 nuls et une seule défaite. La seule fois où les Parisiens étaient parvenus à s’imposer (3-2), c’était en match de poules joué le 30 septembre 2014 au «Parc des Princes». Dans les matchs couperets, les Barcelonais sont intraitables car ils ont passé l’écueil français à deux reprises en deux essais. C’était à l’occasion des quarts de finale. Une étape plus loin donc. Pour cette édition 2017, le quadruple champion de France sortant veut chasser la malédiction quand les Espagnols espèrent perpétuer la tradition. La dernière fois que les Catalans étaient de visite à Paris, soit le 15 avril 2015, ils avaient étrillé la troupe à Laurent Blanc à l’époque sur le score de 3 buts à 1. David Luiz, passé du coté de Chelsea FC (Angleterre) depuis, se souvient de cette soirée cauchemardesque face à Luis Suarez. L’Uruguayen, auteur d’un doublé, l’avait crucifié d’un petit pont à chaque fois avant de s’en aller battre Salvatore Sirigu qui a, lui aussi, changé d’air (prêté à Osasuna). Certes, l’effectif du PSG a changé depuis. Le banc aussi d’ailleurs avec l’arrivée d’Unai Emery qui coachait dans la péninsule Ibérique où il avait permis au FC Séville de remporter la Ligue Europa (C3) 3 fois lors des 3 dernières séquences. Le technicien turc est attendu pour faire passer un cap aux coéquipiers de Thiago Silva. Problème, sur son parcours européen, il croisera la route d’un véritable bourreau qui s’appelle Lionel Messi. En effet, que ce soit quand il drivait Almeria, à la tête de Valence, du CSKA Moscou ou du FC Séville, Emery a toujours du s’incline face au talent de l’Argentin. En 21 confrontations, la « Pulga » lui a passé 25 buts et 9 offrandes. Pire, au Camp Nou, face à Léo, Emery a toujours perdu en 10 rencontres. Ça n’augure rien de bon. Surtout quand on sait que le prodigieux numéro 10 d’Argentine est buteur du tournoi en cours avec 10 pions et qu’il est revenu à 4 longueurs des Cristiano Ronaldo, buteur historique de la compétition (97 banderilles). « Léo » voudra continuer à affoler les compteurs et il aime bien les clubs étrangers puisqu’il a frappé par 97 fois, sur son total de 484 buts, face aux formations non espagnoles. Il faudra surveiller le meilleur baroudeur de tous les temps en Catalogne. Pour les poulains de Luis Enriqué, la principale menace sera Edinson Cavani. Dans les 5 grands championnats d’Europe, aucun joueur n’a fait mieux que l’attaquant de la «Celeste» qui en est déjà à 25 réalisations. Mieux encore, en C1 cette saison, il tourne à un but par match (6 buts). Au total, « El Matador » a dompté les défenses 33 fois en 31 rencontres! Un véritable danger pour la défense de quintuples Champions d’Europe. Cette opposition, qui sera dirigée par le Polonais Szymon Marciniak qui sera accompagné par ses compatriotes Tomasz Listkiewicz et Pawel Sokolnicki, reste très ouverte même si les Ibériques ont l’avantage de l’histoire.

SL Benfica – Borussia Dortmund : habits de «Luz»
L’Estadio de la Luz (stade de la lumière), aura un autre rendez-vous avec la Coupe d’Europe. Depuis 1962, le Benfica Lisbonne court derrière un nouveau titre dans la compétition reine qui serait la 3e depuis sa création. Pour que l’aventure se poursuive, les Lisboètes devront se défaire d’un sérieux adversaire : le Borussia Dortmund en l’occurrence. Les deux équipes prônent un football très offensif et technique. Ce qui laisse augurer d’un duel spectaculaire. Après une fin de mois de janvier délicate, les hôtes du jour vont mieux et viennent de signer une belle semaine en championnat avec 2 succès de suite contre le Nacional Funchal (3-0) et Arouca vendredi dernier (3-0). Leaders de la Liga Sagres devant Porto, les coéquipiers d’Eduardo Salbvio, auteur de 4 passes décisives en LDC (2e meilleur passeur après Neymar qui compile 7 « assists ») ont fini deuxièmes de leur poule en C1, derrière le SSC Naples de Faouzi Ghoulam. Dans l’autre camp, le BVB, qui était invaincu lors de 7 journées de Bundesliga, a été surpris samedi dernier, par Darmstadt (2-1) pourtant la plus mauvaise équipe du championnat. Avant ce couac, la bande à Thomas Tuchel était sur une bonne dynamique avec une victoire contre Leipzig en championnat (1-0), et une qualification difficile en coupe d’Allemagne face au Hertha Berlin (1-1, 3-2 tab). Toutefois, la présence à ce stade dans cette épreuve n’est pas le fruit du hasard sachant que les Marsupiaux ont réussi un premier tour de haute facture avec une 1ère place décrochée au détriment du Real Madrid qui n’est autre que le tenant du titre. En prime, les « Borussen » avaient la meilleure attaque (21 buts) entre les 32 équipes présentes avant le premier écrémage. En parlant du secteur offensif, ce soir au Portugal, les Allemands devront composer sans Mario Götze forfait en raison de soucis musculaires. En revanche, Schmelzer et Piszczek, un temps incertains, sont disponibles. Soulignons que c’est l’Italien Nicola Rizzoli qui arbitrera les débats.

 

Un dragon gallois sur le ballon officiel à partir des 8es
Adidas a dévoilé hier matin le ballon qui sera utilisé en Ligue des champions à partir des huitièmes de finale aller, ce soir et demain. Clin d’œil à Cardiff, lieu de la finale du 3 juin, ce nouvel opus arbore, sur les étoiles traditionnelles de la compétition, le dragon rouge du drapeau national gallois.

 

Programme de la soirée européenne (20h45):
Au Parc des Princes : Paris Saint-Germain – FC Barcelone

À l’Estadio de la Luz : Sl Benfica – Borussia Dortmund