Clôturée vendredi à l’issue de huit jours de projection, l’édition 2017 du Festival international du cinéma d’Alger (FICA), et malgré des « difficultés », a départagé les 18 œuvres en compétition, en décernant ses deux plus hautes distinctions, les « Grand prix » des jurys documentaire et fiction au film « Kemtiyu Cheikh Anta », un documentaire d’Ousmane William Mbaye, revenant sur le parcours de Cheikh Anta Diop, ainsi qu’au film de fiction « United Kingdom » de la réalisatrice et scénariste britannique Amma Asante.

En effet, le palmarès du 8e FICA a été annoncé vendredi soir dernier, lors d’une cérémonie organisée à la salle El Mougar en présence du ministre de la Culture Azzedine Mihoubi, des cinéastes et réalisateurs ayant pris part à l’édition, notamment Rachid Bouchareb à qui le festival a rendu un vibrant hommage.
Le président du jury documentaire, le professeur et cinéaste malien Manthia Diawara, tout en faisant savoir que «les documentaires que nous avons vus étaient tous dignes d’intérêt. Le jury a eu du mal à les départager », il a néanmoins précisé à propos du vainqueur du concours, le documentaire « Kemtiyu Cheikh Anta », réalisé par Ousmane William Mbaye, qu’il avait réussi à retenir l’attention par ses qualités techniques, mais surtout du personnage qu’il a mis en avant, le chimiste, linguiste et égyptologue sénégalais, Cheikh Anta Diop, notamment connu pour ses théories sur l’africanité de la civilisation pharaonienne. «Ce film dresse le portrait d’un personnage central de la quête contemporaine de l’Afrique pour la restitution de son image», dira en ce sens le président du jury. Décernant par ailleurs le « Prix spécial du jury documentaire » au film «On revient de loin (opération corréa 2) » abordant le refus de l’Equateur de payer une partie de la dette publique, et son combat pour la souveraineté face aux multinationales. Le réalisateur français Pierre Carles déclarera vendredi en recevant le prix : « Je ne m’attendais absolument pas à obtenir ce prix avec Nina Faure, qui est la coréalisatrice. Nous nous préparons à la réalisation d’un autre film en Colombie sur la guérilla des FARC. Ce prix que nous recevons ce soir est un encouragement à continuer notre travail ». Quant à la «mention spéciale du jury documentaire », elle sera finalement attribuée au réalisateur palestinien Mohanad Yaqubi pour «Off Frame, la révolution jusqu’à la victoire ». Le Festival international du cinéma d’Alger a par ailleurs récompensé le film « United Kingdom » du « Grand prix du jury » de la catégorie film de fiction. Le président du jury, Cheikh Oumar Sissoko, a ainsi précisé à propos du film d’Amma Asante, revenant sur la rencontre et la relation amoureuse qu’entretiendra le roi du Botswana avec une jeune londonienne de 24 ans, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, qu’il s’agissait d’une œuvre qui « remet l’humain au centre de l’histoire ».
Le même jury film décernant par ailleurs le « Prix spécial » au film « En attendent Les hirondelles » du réalisateur algérien Karim Moussaoui, alors que la mention spéciale du jury sera, elle, attribuée au film de la réalisatrice brésilienne Eliane Caffé « Era O Hotel Cambridge», abordant la situation du mouvement des « sans-toits » venant en aide aux réfugiés et SDF de Sao Paulo.