Le Directeur des services de santé au ministère de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière, Lyes Rahal, a affirmé lundi que 8.200 malades atteints de COVID-19 étaient hospitalisés dont 573 en réanimation à travers le territoire national, soit 40,5% de la capacité des lits d’hospitalisation et 38,02% de la capacité des lits en réanimation. Invité de la radio nationale, en compagnie du ministre de la Santé, de la population et de la réforme hospitalière et du directeur de la prévention et porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie du Coronavirus, Dr Djamel Fourar, M. Rahal a indiqué que «8.200 patients sont actuellement hospitalisés dont 573 en réanimation à travers tout le territoire national soit 40,5% de la capacité des lits d’hospitalisation et 38,02% de la capacité des lits en réanimation», rappelant que ce taux dépasse les 50% au niveau de certaines wilaya à l’image d’Alger. «La stratégie et la base de donnée adoptée par le ministère dans la gestion de la crise a démontré que 1.277 patients se sont remis de leur infection outre l’admission de 228 autres au niveau du CHU Mustapha Bacha jusqu’à dimanche dernier», a-t-il souligné, ajoutant que toutes les salles d’hospitalisation, au niveau national, sont dotées d’oxygène. Dans le but de contenir la recrudescence des cas d’atteinte au COVID-19 «le secteur a mobilisé 18.491 lits d’hospitalisation et 1.507 lits en réanimation au niveau national outre la garantie de toutes les fournitures médicales et les médicaments nécessaires».
Pour sa part, évoquant la situation épidémiologique en général dans le pays, le Pr Benbouzid a déclaré qu’elle «n’est pas complètement différente du reste du monde. L’Algérie a acquis une expérience de 9 mois pour la gérer et assuré un nombre suffisant de lits, de fournitures médicales et de médicaments disponibles au niveau des établissements hospitaliers, en plus des tests de dépistage du virus disponibles au niveau de plus de 30 laboratoires dans le secteur public et 20 laboratoires dans le secteur privé». En ce qui concerne les mesures à prendre en cas d’augmentation du nombre des personnes contaminées à travers le pays, le ministre a fait savoir que les pouvoirs publics s’y sont déjà préparés, à travers la mobilisation des moyens nécessaires au niveau des établissements hospitaliers notamment les lits et de l’oxygène, en sus de l’installation, le cas échéant, d’hôpitaux de campagne en coordination avec les parties concernées, saluant le rôle du secteur privé, toutes spécialités confondues, dans le soutien du secteur.R. N.