Un petit bout d’Algérie sera présent sur la Croisette avec le «Marin des montagnes», documentaire autobiographique du Brésilo-Algérien Karim Aïnouz, qui a fait ses premiers pas à Cannes en 2002 avec «Madame Sata».
Par Dominique Lorraine
Après une édition 2020 annulée pour cause de Covid, l’édition 2021 du Festival de Cannes, qui se tiendra, exceptionnellement, du 6 au 17 juillet était attendue avec impatience.
Le directeur artistique Thierry Frémaux a annoncé les 61 films en sélection officielle retenus sur près de 2 000 oeuvres proposées. «Cette pléthore de films est aussi qualitative, comme si, peut-être, les conditions particulières d’écriture, de gestation, voire de tournage et de montage des films, avaient bonifié la créativité de nos artistes», a-t-il précisé.
En compétition officielle, 24 films parmi lesquels ceux des réalisateurs italien Nanni Moretti «Tre Piani», français Jacques Audiard les «Olympiades» et russe Kirill Serebrennikov qui, avec «Petrov’s Flu», scrute une famille dysfonctionnelle qui se retrouve coincée à huis clos après avoir contracté la même grippe ! Ou encore «Un Héros», un thriller de l’Iranien Asghar Farhadi.
Ils rejoignent Leos Carax et sa comédie musicale «Annette» (film d’ouverture), l’Américain Wes Anderson avec «The French Dispatch», tourné en France, ou encore le Néerlandais Paul Verhoeven avec son sulfureux «Benedetta» avec Virginie Efira.
Pour la première fois en compétition le Marocain Nabil Ayouch avec «Haut et Fort», qui prend le pouls de la jeunesse marocaine et de ses aspirations. «Lingui», du Tchadien Mahamat-Saleh Haroun, abordera le tabou de l’avortement avec l’histoire d’une adolescente enceinte, à N’Djamena.
La section «Un certain regard» revient à ses fondamentaux, présenter de jeunes cinéastes qui osent un cinéma d’auteur ou de recherche. Il en serait ainsi de «Bonne mère», deuxième film de Hafsia Herzi (comédienne découverte par Abdel Kechiche) qui dresse le portrait de Nora, la cinquantaine, femme de ménage qui veille sur sa petite famille dans une cité des quartiers nord de Marseille. Dans cette même section, on notera l’inédite incursion d’un premier film du Bangladesh «Rehana Maryam Noor» d’Abdullah Mohammad Saad.
A noter, la création d’une nouvelle section intitulée «Cannes Premières» qui fera de la place à des cinéastes «confirmés» qui ont déjà été sélectionnés en compétition : «Tromperie» du Français Arnaud Desplechin, «Evolution» du Bulgare Kornél Mundruczo ou «JFK Revisited» d’Oliver Stone, entre autres. Autre nouveauté, une section éphémère consacrée aux questions environnementales, mais dont les films n’ont pas encore été dévoilés.
Le Festival avait annoncé à la mi-avril une série de mesures destinées à réduire son empreinte environnementale, ainsi qu’une contribution payée par les journalistes accrédités.
La composition du jury, présidé par l’Américain Spike Lee (Oscar du meilleur film et du meilleur réalisateur pour l’épatant «BlacKkKlansman : j’ai infiltré le Ku Klux Klan», en 2019), n’a pas encore été dévoilée.
Enfin, rappelons que l’actrice et réalisatrice américaine Jodie Foster recevra la Palme d’or d’honneur qui salue «un parcours artistique brillant, une personnalité rare et un engagement discret mais affirmé pour les grands sujets de notre époque» de cette 74e édition qui fait fantasmer plus d’un. n=

Compétition
(24 films)
Annette de Leos Carax, film d’ouverture
Benedetta de Paul Verhœven
Bergman Island de Mia Hansen-Løve
France de Bruno Dumont
Haut et Fort de Nabil Ayouch
Tout s’est bien passé de François Ozon
Les Intranquilles de Joachim Lafosse
The French Dispatch de Wes Anderson
Tre Piani de Nanni Moretti
Les Olympiades, Paris 13e de Jacques Audiard
Lingui de Mahamat Saleh-Haroun
Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier
Flag Day de Sean Penn
Un héros de Asghar Farhadi
Memoria d’Apichatpong Weerasethakul
La Fièvre de Petrov de Kirill Serebrennikov
Titane de Julia Ducournau
Red Rocket de Sean Baker
La Fracture de Catherine Corsini
Le Genou d’Ahed de Nadav Lapid
Nitram de Justin Kurzel
Compartment n°6 de Juho Kuosmanen
Drive My Car de Ryusuke Hamaguchi
L’Histoire de ma femme de Ildikó Enyedi

4Un Certain Regard
(18 films)
Bonne Mère d’Hafsia Herzi
Un monde de Laura Wandel
Moneyboys de Yilin Chen Bo
The Innocents d’Eskil Vogt
La Civil de Teodora Ana Mihal
Women Do Cry de Mina Mileva et Vesela Kazakova
Great Freedom de Sebastian Meise
After Yang de Kogonaga
Commitment Hasan de Hasan Semih Kaplanoglu
Noche de fuego Tatiana Huezo
Lamb de Vladimar Johansson (The Jokers)
Delo d’Alexeï Guerman Jr.
Blue Bayou de Justin Chon
Freda de Gessica Généus
Et il y eu un matin de Eran Kolirin
Unclenching The Fists de Kira Kovalenko
Rehana Maryam Noor de Abdullah Mohammad Saad
Gaey Wa’r de Jiazuo Na

4Hors compétition
De son vivant d’Emmanuelle Bercot
Emergency Declaration de Jae-Rim Han
The Velvet Underground de Todd Haynes
Stillwater de Tom McCarthy
Aline de Valérie Lemercier
Bac Nord de Cédric Jimenez

4Séances spéciales
Cahiers noirs de Shlomi Elkabetz
Le Marin des montagnes de Karim Aïnouz
JFK Revisited : Throught the Looking Glass d’Oliver Stone
Jane par Charlotte de Charlotte Gainsbourg
Baby Yar. Context de Sergei Loznitsa
H6 de Yé Yé
The Year of The Everlasting Storm de Jafar Panahi, Anthony Chen, Malik Vitthal, Laura Poitras, Dominga Sotomayor, David Lowery et Apichatpong Weerasethakul
Séance de minuit
Oranges sanguines de Jean-Christophe Meurisse (The Jokers)
Cannes Premières
Evolution de Kornél Mundruczo
Tromperie d’Arnaud Desplechin (Le Pacte, 22 septembre)
Cow d’Andrea Arnold
Cette musique ne joue pour personne de Samuel Benchetrit (UGC, 1er septembre)
Mothering Sunday d’Eva Husson
Serre-moi fort de Mathieu Amalric (Gaumont)
In Front of Your Face de Hong Sang-soo
Val de Ting Poo et Leo Scott