A compter d’aujourd’hui et jusqu’au 26 avril, la 6e édition du Festival culturel international de promotion des architectures de terre-Archi’Terre- se déroulera au niveau du hall et préau de la salle Ali-Maâchi (palais de expositions, Pins Maritimes).

Comme l’an dernier, Archi’Terre se tiendra dans le cadre du Batimatec (Salon international du Bâtiment, des Matériaux de construction et des Travaux publics d’Alger), sponsor de cette édition du Festival.
Il s’est donné comme missions la «sensibilisation à la préservation du patrimoine culturel immobilier et la promotion de l’utilisation des matériaux locaux», mentionnent les organisateurs sur le dossier de presse. Le programme de cette édition, qui se tient également à l’occasion du Mois du patrimoine, prévoit la présentation de l’exposition «Architecture en terre d’aujourd’hui», des 40 finalistes du Terra Award 2016, 1er  Prix international des architectures contemporaines en terre crue.
«Présentée comme une solution performante pour ses vertus techniques, esthétiques, écologiques et constructives, la terre crue connaît un regain de popularité auprès des architectes et des artisans.
C’est pour mettre en lumière cette tendance que l’École nationale supérieure d’architecture de Grenoble (ENSAG), le Centre international de la construction en terre (CRAterre), le Centre de recherche et d’expérimentations amàco et le magazine EcologiK/EK ont initié en février 2015 le TERRA Award, premier Prix mondial des architectures contemporaines en terre crue.
Sélectionnés parmi 357 candidatures venues de 67 pays, les 40 finalistes sont à découvrir dans l’exposition itinérante Architecture en terre d’aujourd’hui, inaugurée le 11 mai 2016 à Grenoble, capitale d’une région au patrimoine riche en pisé et siège du laboratoire CRAterre», indique-t-on sur le dossier de présentation de cette exposition, qui a déjà été présentée en 2017 à Alger, et qui entamera, après Archi’Terre, une tournée nationale soutenue par le Centre algérien du patrimoine culturel bâti en terre -Capterre de Timimoun.
En outre, Archi’Terre proposera des ateliers d’initiation aux techniques de construction en terre (bloc de terre comprimée BTC, arc, voûtes et dômes en terre et pisé), dirigés par des experts internationaux de la construction en terre, et destinés aux étudiants de l’Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme d’Alger (EPAU) ainsi qu’aux professionnels du bâtiment (architectes, ingénieurs, industriels, entrepreneurs). Parmi les activités du Festival, également, une journée d’information et de sensibilisation autour des architectures de terre, organisée en collaboration avec le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la ville, qui aura lieu le 25 avril à partir de 10h30 à la salle de conférences Ali-Maâchi. Cette journée «sera consacrée à l’intervention d’un panel d’experts internationaux sur la question des potentialités de développement de la filière terre en Algérie».
R. C.