Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a adressé, dimanche, un message à l’occasion de la célébration du 67ème anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre 1954. En voici la traduction APS. « Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux, Paix et bénédictions sur son vertueux messager, Chères concitoyennes, chers concitoyens, Nous célébrons, ce lundi, le 67ème anniversaire du déclenchement de la Glorieuse Révolution. Le 1er novembre réinsuffle en nous, encore une fois, la fidélité aux martyrs et l’honneur d’appartenir à cette terre bénie, décidée, au fil du temps, de ne vivre que libre et debout. Le 1er Novembre nous rappelle, de nouveau, cette étincelle qui a illuminé la patrie de feu et d’éclair … un feu brûlant pour les imposteurs assaillants, et un éclair étendu dans les montagnes, les ravins et les maquis, gratifiant, grâce à la volonté d’Allah, les compagnies des révolutionnaires vaillants s’empressant à l’appel de la gloire, de la liberté et de la dignité. Cet appel sacré de référence, préservé dans nos cœurs, rempart de notre unité nationale et source d’inspiration à laquelle s’est abreuvé le peuple algérien pour nourrir le génie de surpasser les tragédies, de se serrer les rangs et de s’ériger en un mur d’appui national. Gratifiée par Allah, l’Algérie a vu retentir l’écho de sa lutte armée contre le colonialisme partout dans le monde, lorsque des caravanes de chouhada vaillants, armés de leur foi en la victoire et déterminés à promouvoir la vérité, ont foulé la terreur que la France coloniale a pu mobiliser par la force des armes, l’horreur des génocides, les formes de tortures et les crimes de la terre brûlée les plus atroces dans l’histoire de l’humanité. Animée par la foi et la détermination, la justice de la cause était plus forte qu’une armée coloniale revêtue d’armature, ébranlée dans sa doctrine et férue des hostilités infernales face à « un peuple libre et résolu de le rester ». Chère concitoyennes, chers concitoyens, La portée de Novembre, source de fierté et de dignité du peuple, est telle qu’on ne saurait le limiter à la célébration de manifestations monotones. Les sacrifices des chouhada et moudjahidine et les souffrances endurées par le peuple sous l’hégémonie d’un colonialisme inique doivent être une source d’inspiration à la hauteur de la grandeur de l’épopée de la Guerre de libération bénie. Il convient, donc, d’exploiter les moyens mis à la disposition des institutions et organismes concernés et de les orienter vers la promotion et la valorisation de notre legs historique contemporain, de manière persuasive et attractive pour les générations montantes. J’invite les institutions en charge de l’histoire du mouvement national et de la Guerre de libération à élaborer des approches et des programmes aux thèmes et délais fixés et à archiver, au plus tôt, la matière historique, en recourant à la numérisation, à garantir les conditions favorables aux chercheurs et créateurs dans diverses disciplines pour mettre en avant la réalité des durs combats et des lourds sacrifices, à travers des oeuvres d’art singulières et des créations qui s’élèvent à la hauteur des sacrifices et des nobles objectifs de la Révolution de Novembre 1954. Il est donc impératif de combler le vide par des réalisations innovantes, qui viendront s’ajouter aux rares œuvres dans le domaine de l’industrie cinématographique et de la production télévisuelle et radiophonique et aux œuvres littéraires et artistiques remarquables qui n’ont reflété qu’une infime partie de l’histoire du parcours militant national et de la lutte armée du peuple algérien qui garde dans chaque village, chaque hameau et chaque cité de nos villes des évènements et des faits qui témoignent d’une Glorieuse révolution qui demeurera à jamais ancrée dans la conscience de l’Humanité mais aussi dans l’identité et la mémoire de la Nation pour dessiner aux Algériennes et Algériens la ligne de loyauté envers l’histoire et la mémoire. Chères concitoyennes, chers concitoyens, Depuis moins de deux ans, les constantes de l’Etat étaient au bord de l’effondrement. Mais, Dieu merci, notre vaillant peuple pressentant le danger imminent a mené, se basant sur le référent novembriste et le serment des chouhada, un Hirak béni qui a ébloui le monde, et ce par jalousie de l’Algérie et des constantes de son Etat. Fidèles à cet élan populaire authentique et à nos engagements envers notre vaillant peuple, nous réitérons notre attachement à atteindre les objectifs découlant de sa volonté suprême, en dépit des velléités des auteurs de la propagande et des parties aux allégeances suspectes. Forte de son peuple, de son armée et de ses institutions constitutionnelles, l’Algérie s’est lancée vers les perspectives tracées lors du déclenchement de la lutte armée par nos martyrs et nos combattants courageux, auteurs de l’épopée du 1er novembre 1954 … Ce sont, en effet, les perspectives d’édification des institutions de l’Etat sur des bases solides, loin des soupçons et des insuffisances. Nous serons, bientôt, si Dieu le veut, le 27 novembre, au rendez-vous avec les élections des Assemblées populaires communales (APC) et de wilayas (APW), pour affirmer notre volonté forte et ferme de protéger la liberté du choix souverain des citoyens et citoyennes et de lutter contre toutes formes de domination de l’argent et d’influence visant à influer sur l’intégrité et la crédibilité du processus électoral. Parallèlement à ce processus vital d’adaptation du nouvel édifice institutionnel et des instances nationales aux dispositions de la Constitution et de création d’autres instances dictée par les mutations sociales, le Gouvernement se lancera avec un rythme soutenu dans la mise en œuvre de la stratégie de relance économique et de prise en charge des volets sociaux avec l’efficacité et l’efficience requises… Nous aurons ainsi, grâce à la mobilisation des Algériennes et des Algériens et comptant avec les moyens disponibles, pu remettre à court terme le pays sur la voie empruntée par nos chouhada et moudjahidine par fidélité à leur legs et serment. Je demeure pleinement convaincu que les espoirs placés par notre vaillant peuple dans le processus d’édification nationale que nous conduisons en toute sincérité et fermeté, seront une réalité dans la vie des enfants de l’Algérie, héritiers des glorieux chouhada et braves moudjahidine. Vive l’Algérie libre et souveraine Gloire à nos martyrs. »