Pour le 50e vendredi consécutif, la rue s’est fortement mobilisée, affichant une détermination à toute épreuve à faire aboutir les objectifs du Hirak proclamés depuis le 22 février 2019. « Ou c’est vous, ou c’est nous ! » ont clamé les marcheurs, pour signifier leur volonté à dégager le système. La défense de la cause des détenus politiques et d’opinion, le rejet de l’exploitation du gaz de schiste, le respect des libertés publiques et bien d’autres slogans ont été au centre des préoccupations des marcheurs. Hier, ces derniers ont réitéré leur refus du dialogue que veut engager le pouvoir avec des représentants du Hirak, déniant à quiconque la qualité de représentativité de la rue qui continue à scander que seul le peuple est détenteur de sa souveraineté. De fait, l’initiative d’inviter le chef de l’Etat à inscrire la wilaya de Tizi Ouzou comme première étape de son agenda de sortie à l’intérieur du pays a suscité la réprobation générale. <