Les attentats-suicide contre deux sièges de la Sécurité dans la ville syrienne de Homs, ont fait samedi 42 morts parmi les membres des services de renseignements, selon un nouveau bilan de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

«Il y a eu au moins six attaquants et plusieurs d’entre eux se sont fait exploser aux abords des sièges de la Sûreté d’Etat et des Renseignements militaires» dans cette ville du centre de la Syrie, a indiqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH. Un premier bilan faisait état de 14 morts dont un officier supérieur. «Les attentats ont frappé le siège de la Sûreté de l’Etat et celui des Renseignements militaires, situés dans deux quartiers du centre» de la troisième ville de Syrie, a indiqué Rami Abdel Rahmane. Selon la télévision d’Etat syrienne, le chef des Renseignements militaires de Homs a péri dans la série d’attentats suicide qui ont frappé deux sièges de la Sécurité dans cette ville du centre du pays. «Le chef de la branche des Renseignements militaires, le général Hassan Daaboul, a péri dans les attentats terroristes suicide qui ont visé deux sièges de la Sécurité à Homs et qui ont été menés par six kamikazes», a indiqué la chaîne. «Un des kamikazes a spécifiquement visé le général martyr», a-t-elle encore rapporté. Le général Hassan Daaboul est un proche du président Bachar al-Assad et une des personnalités les plus connues des milieux des redoutables services des renseignements syriens.