A la veille de la soirée d’ouverture du 41e Festival international de Timgad, une rencontre a été organisée, avant-hier, avec les deux artistes Narimane Benshil, la première à ouvrir le bal avec Seif Eddine Nasri, fils du défunt Katchou, Ali Nasri de son vrai nom, qui s’est confié à propos de son père et de l’hommage qui lui sera rendu. Ces derniers ont parlé de leur participation à cette 41e édition, ainsi que de leur prochain projet dans le milieu artistique.
La première à prendre la parole est Narimane Benshil, talentueuse chanteuse de rai, qui proposera à son public un bouquet de chansons variant entre rai sentimental et chansons algéroises ainsi que son dernier single «Aâlach» à l’occasion de la première soirée d’ouverture de cette 41e édition qui s’est déroulée hier. Celle qui a marqué son passage à l’émission de télé réalité «Alhane wa Chabab» a annoncé, lors de cette rencontre avec les médias, qu’elle vient de sortir deux singles afin de marquer son retour sur la scène artistique. Elle confie à ce propos : «Je me suis longtemps absentée de la scène artistique, car j’avais mes propres raisons. Aujourd’hui je reviens avec deux chansons, dont le titre ‘‘Aâlach’’, sorties il y a seulement deux semaines et que je ferai découvrir au public.» Ajoutant que «je chanterai pour les présents quelques chansons rai, sentimentales bien sûr, ainsi que quelques titres du répertoire algérois, car ce dernier, nous ne l’interprétons que dans les mariages. Je souhaite ainsi le sortir de ce contexte et le partager avec les mélomanes».
Revenant sur ses premiers pas dans le milieu artistique, Narimane confiera que son parcours a débuté grâce au défunt Cheb Akil. «Si je suis là, aujourd’hui c’est grâce à Cheb Akil, qui m’a soutenue et m’a donnée une chance en interprétant avec moi deux de ses chansons. Il était comme un père pour moi, c’est grâce à lui que le public me connaît. C’est pour cela qu’aujourd’hui je continue à lui rendre hommage en suivant ses pas», relèvera-t-elle. Par ailleurs, Narimane souligne que «c’est la deuxième fois que je participe à cet événement. Je suis déjà venue à Timgad en 2012, je me suis sentie chez moi. Le public et les habitants de Timgad et de Batna ont été très attentionnés et très accueillants. Aujourd’hui, c’est la même chose, je ne me sens pas dépaysée ici».

Hommage à Katchou, le rossignol des Aurès
De son côté, Seif Eddine Nasri, le fils du rossignol de l’Aurès, a remercié les organisateurs pour l’hommage et cette attention portée envers son père. Selon lui Katchou a été marginalisé durant de longues années. «Batna est la seule wilaya qui, à ce jour, a rendu hommage à Katchou pour tout ce qu’il a donné à la chanson chaouie. Mon père est l’un des pionniers de la musique chaoui et il s’est fait un nom sur la scène artistique par son talent », confiera Seif Eddine Nasri. Il précise à propos de son propre parcours artistique que «je n’ai pas encore choisi mon chemin, les gens me sollicitent pour des festivals et des mariages. J’ai enregistré une chanson dont le titre est ‘‘Mnin Nesma3 Saoutek ya Baba’’, en hommage à mon père. Cette dernière a connu un succès, en récoltant un million de vues sur Youtube». Toutefois, il confie qu’il ne veut pas suivre le même chemin que son père dans la chanson chaouie en argumentant que «les gens ne cesseront de nous comparer et je ne veux pas être le fils de… Je veux tracer mon propre chemin, et me tourner vers la chanson contemporaine et moderne», dira-t-il. «Mon père choisissait de chanter sur tout ce qui touche à la société, il a chanté pour la mère, les orphelins ou encore le pays. Aujourd’hui, le style chaoui a changé, c’est une musique commerciale», expliquera-t-il. Par ailleurs, Seif Eddine Nasri avouera : «Mon père a laissé derrière lui une chanson qui s’intitule ‘‘Laâmira’’ que j’ai reprise. En 2006, il a travaillé sur un album, malheureusement il n’a jamais vu le jour. Il est toujours chez l’éditeur car ma mère a refusé de l’éditer.» La conférence s’est clôturée avec une émouvante interprétation en a capella, par Narimane, de la fameuse chanson, «Khobz wel Ma» (le pain et l’eau), qu’elle a enregistrée avec le défunt Cheb Akil. Et de son côté, Seif Eddine Nasri chantera la fabuleuse chanson de son défunt père «Dir El Khir w n’ash» (Fais le bien et oublie-le).