La Nuit des idées, événement international et participatif, est prévue, le jeudi 25 janvier 2018, et a pour thème «L’imagination au pouvoir ?». Comme l’an dernier, Alger accueillera cette manifestation, au niveau de quatre lieux : l’Institut français, les Ateliers sauvages, la librairie L’Arbre à dires et la Cinémathèque algérienne.

Le programme de cette 3e édition prévoit des tables rondes, de l’animation musicale et pour enfants, une projection ainsi qu’une représentation théâtrale.
Alger participe à la troisième édition de la Nuit des Idées, une manifestation «dédiée à la circulation internationale des idées», organisée et coordonnée une première fois en France par l’Institut français, en janvier 2016, mais qui a pris «de l’ampleur», l’an dernier, puisqu’elle était devenue «participative et internationale» et avait eu lieu dans 51 pays, réunissant quelque 180 000 participants. L’Institut français renouvelle, cette année, sa belle initiative et accueille la troisième Nuit des Idées, qui aura lieu du jeudi 25 janvier à 17h au vendredi 26 janvier à 2h. Pensée comme «une grande fête, résolument internationale, festive, accessible», comme «une fête de la pensée» favorisant la circulation des idées, la Nuit des Idées 2018 a pour thème, cette année, «L’imagination au pouvoir ?». A Alger, la programmation se déclinera au niveau de quatre lieux, à savoir l’Institut français d’Alger (médiathèque et salle de spectacles), la Cinémathèque algérienne, la librairie L’Arbre à dires et les Ateliers sauvages. La librairie L’Arbre à dires (sise au 48, boulevard Sidi Yahia, Alger), accueillera, le jeudi 25 janvier à 17h30, une table ronde intitulée «Nouvelles écritures pour une nouvelle Afrique». Modérée par Amina Bekkat (professeure de littérature africaine et de littérature comparée), elle réunira Maïssa Bey (Grand Prix de la nouvelle de la Société des gens de lettres 1998 et Grand Prix du roman francophone Sila 2008), Tierno Monénembo (Prix Renaudot 2008 et Grand Prix de la Francophonie 2017), et Benaouda Lebdai (professeur de littérature africaine). La Cinémathèque algérienne (rue Larbi Ben M’hidi, Alger) proposera, à 18h, la projection du long-métrage sénégalais «Touki Bouki» de Djibril Diop Mambéty. Prix de la Critique internationale au Festival de Cannes 1973, le film s’intéresse à un homme et une femme qui aspirent à quitter leur pays pour une vie meilleure. Leurs chemins se séparent et chacun aura à choisir sa vie. La salle de spectacles de l’Institut français d’Alger abritera à 19h30, une représentation théâtrale intitulée «L’enfance à l’œuvre» (entrée sur carte d’accès, réservation : theatrelenfancealoeuvre2018.alger@if-algerie.com). Il s’agit d’une création autour de textes sur l’enfance de Romain Gary, Marcel Proust, Arthur Rimbaud et Paul Valéry. Robin Renucci, porteur de textes choisis, sera accompagné au piano par Nicolas Stavy. «L’Afrique, avenir du monde ?» est l’intitulé d’une table ronde, prévue à 22h à la salle de spectacles de l’IFA. Elle sera modérée par Nordine Azzouz (journaliste et directeur de la rédaction du quotidien «Reporters»), et animée par Christian Bouquet (professeur émérite de géographie politique et spécialiste de l’Afrique), Benaouda Lebdai, et Daho Djerbal (maître de conférences en histoire contemporaine et directeur de la revue «Naqd»). Enfin, une autre table ronde se tiendra, à 22h30 à l’espace les Ateliers sauvages, et aura pour thème «Conversations sur l’art contemporain en Afrique –l’imagination pour féconder l’avenir ?». Marie-Ann Yemsi (consultante culturelle et commissaire d’exposition indépendante), Maria Daïf (directrice de l’espace culturel l’Uzine de Casablanca), Fella Tamzali-Tahiri (artiste), et Wassyla Tamzali (fondatrice et directrice des Ateliers sauvages, auteure essayiste et ex-directrice des droits des femmes à l’Unesco, à Paris) y interviendront. La médiathèque de l’Institut français d’Alger accueillera, à partir de 20h, différentes animations, notamment des lecteurs de contes («C’est ainsi que j’imagine…» par le club littéraire Ciratrix), de la musique folklorique algérienne (Idabalen), des lectures à haute voix («Viens, je te lis mon imaginaire !», ainsi que des défis et autres énigmes à résoudre («Bienvenue au royaume de la médiathèque»). Par ailleurs et pour rappel, la Nuit des idées 2017 à Alger a eu lieu dans sept lieux dont la Cinémathèque algérienne, les Ateliers sauvages ou encore l’Institut Cervantès, mais aussi à l’Institut français d’Oran. Une exposition, des rencontres-débats, des conférences et différentes autres animations ont rythmé la Nuit du 26 janvier 2017.