Pour des raisons personnelles, ou pour attirer l’attention des responsables, les tentatives d’immolation par le feu, restent la seule alternative pour certains citoyens.

A Oran, les services spécialisés du Centre hospitalo-universitaire (CHUO) et l’Etablissement hospitalier (EHU) ont recensé 34 tentatives durant les 20 derniers mois. Un phénomène qui prend de l’ampleur ces dernières années, reflétant parfois toute la souffrance des citoyens qui tentent de mettre fin à leur vie pour échapper aux conditions de misère dans lesquelles ils vivent. Mais certains, voulant bénéficier d’un logement ou d’un emploi, «simulent» cette tentative pour avoir gain de cause. Du point de vue de la religion, l’immolation par le feu, est un suicide prémédité, interdit par Dieu.
J. M.