Le premier bilan des dégâts causés par les incendies enregistrés depuis lundi à Tizi Ouzou fait état de plus de 25 000 hectares de couvert végétal dont 8 800 d’arbres fruitiers et de 100 880 sujets d’élevage détruits au moment où des foyers de feux persistent encore.

PAR NAZIM B.
S’appuyant sur des images satellitaires, le Conservateur des forêts au niveau de la wilaya de Tizi Ouzou, Youcef Ouled Mohamed, repris par l’APS, a indiqué que les incendies ont ravagé plus de 25 000 ha de couvert végétal entre forêts, maquis, broussailles et vergers. Le même responsable a souligné, s’agissant des évaluations sur le terrain, que les services des forêts se sont déjà déplacés dans les forêts de Tigzirt, Azeffoune et Azazga, relevant à propos des autres régions touchées par les incendies, que l’évaluation « se fait progressivement en fonction de l’extinction des feux », et précisant que « dans certaines zones, il y encore de la fumée et de la cendre chaude ». Ce qui empêche, selon lui, une évaluation exacte des dégâts.
Pour sa part, le directeur local des services agricoles (DSA) Djamel Sersoub a noté qu’une première estimation « sommaire », établie par les subdivisions agricoles des localités ravagées par les feux, fait état de 8 800 ha d’arbres fruitiers réduits en cendre, principalement des oliviers, et de 100 880 sujets d’élevage (grands ruminants, petits ruminants et avicoles). Selon les précisions du même responsable, les feux ont détruit plus de 8 000 ha d’oliviers et 800 autres ha de divers arbres fruitiers.
Sur les 100 880 sujets d’élevage, le même bilan provisoire fait état de plus de 200 têtes de bovins, 300 têtes d’ovins, 380 caprins et 100 000 sujets avicoles (poulets de chair et poules pondeuses). A ces pertes, s’ajoutent, selon la même source, la destruction par les feux de plus de 10 000 ruches, de 60 bâtiments d’élevage avicole et de 35 bâtiments d’élevage de grands ruminants (étables) selon une première estimation sommaire.
M. Sersoub a indiqué, par la même occasion, que le recensement réel des dégâts a commencé depuis hier (dimanche) avec la sortie sur le terrain de commissions mixtes composées de cadres et d’experts de la DSA, de la Caisse régionale de mutualité agricole (CRMA) et d’experts d’autres wilayas dépêchés, samedi à Tizi-Ouzou, au titre de mesures prises par le Gouvernement pour évaluer les dégâts afin d’entamer l’indemnisation des sinistrés.
« L’impact des incendies sera incontestablement considérable pour de nombreux villageois qui ont beaucoup investi dans l’agriculture de montagne et l’oléiculture et d’autres activités adaptées », a fait remarquer un habitant d’Ath Yenni.
Le Premier ministre, ministre des Finances, Aïmene Benabderrahmane, a annoncé, jeudi à Tizi-Ouzou, où il s’était rendu, que le premier magistrat du pays avait ordonné la création d’un fonds spécial d’indemnisation des sinistrés des feux de forêt qui « prendra en charge leurs préoccupations le plus tôt possible ». Il a assuré, par la même occasion, que les indemnisations concernent toutes les régions sinistrées et que « tous les moyens nationaux ont été mobilisés pour un retour à une vie normale ».