Judo
Fethi Nourine
se lance dans
la formation
Le champion algérien de judo Fethi Nourine a reçu l’aval des autorités locales de la commune d’Oran pour l’accompagner dans un nouveau projet sportif consistant en l’ouverture d’une école de formation des petits talents et la promotion de la discipline dans la capitale de l’Ouest du pays. Une cérémonie a été organisée, en fin de semaine, par les autorités communales en l’honneur de Fethi Nourine, qui était accompagné par son entraineur Amar Benyekhlef, au cours de laquelle le judoka algérien a bénéficié des clés de la salle sportive qui abritera son projet sportif implanté au niveau du quartier populaire de « Saint-Pierre », a-t-on appris de la cellule de communication de la commune d’Oran.
Le natif d’Oran, qui détient dans son palmarès plusieurs titres nationaux et internationaux, vise à contribuer à l’émergence d’une nouvelle génération de champions dans une ville réputée pour avoir enfanté plusieurs athlètes ayant représenté dignement le sport algérien, a-t-on ajouté. Le lancement imminent par Nourine de son projet intervient après quelques jours d’une lourde sanction qu’il vient d’écoper avec son entraîneur Benikhlef.
Les deux hommes ont été suspendus pour une durée de dix (10) ans chacun de toutes manifestations et activités organisées ou autorisées par la Fédération Internationale de judo et ses fédérations, pour avoir enfreint aux « règles de la charte olympique ». Le 23 juillet dernier, lors des Jeux olympiques de Tokyo 2020, Fethi Nourine avait décidé de se retirer de la compétition, une décision jugée par le CIO comme « contraire aux règles de la charte olympique », rappelle-t-on. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderrezak Sebgag a qualifié la sanction infligée au judoka algérien Fethi Nourine et à son entraîneur Amar Benikhlef de « très injuste », soulignant avoir entrepris des procédures de recours contre la décision de la Commission de discipline de la Fédération Internationale de Judo (FIJ).