Le Championnat d’Afrique Seniors de Tir sportif (messieurs et dames), qualificatif aux jeux Olympiques 2020 de Tokyo, a été inauguré lundi après-midi par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Raouf Bernaoui, en présence du représentant de la CAF. Ils ont rencontré les athlètes en une journée pluvieuse pour ne pas dire tempétueuse au niveau du Centre de tir implanté au pied du Chenoua. Quatorze pays africains (sur les 15 prévus) participent à ce championnat avec 170 athlètes représentant toutes les disciplines du tir sportif, qui se déroulera du 17 au 25 novembre. Le ministre, en marge de la cérémonie d’ouverture, s’est félicité de la tenue de cette compétition qui dispose de beaucoup de techniques difficiles à organiser et maîtriser justifiant le report de la compétition qui devait se dérouler en septembre. Et de poursuivre que le ministère a tenu à encourager la Fédération à organiser la manifestation qualificative pour les jeux Olympiques de 2020 qui se tiendront au Japon. Pour le ministre, cette discipline est en voie de développement, telle le badminton, qui n’ont pas de traditions chez nous. Selon Farid Taghzirt, directeur de la commission d’organisation, cette compétition africaine regroupe 170 athlètes venus de 14 pays dont l’Algérie qui disputeront les podiums avec 14 quotas pour les jeux Olympiques de Tokyo 2020, aidés par l’ISSF à travers des délégués techniques de France et d’Egypte, et de trois providers qui valideront les résultats venus de Suisse et de France. Concernant les disciplines, il y a trois à air comprimé, le pistolet, la carabine et les mixtes pour les 25 m et 50 m avec les trois positions, couché, à genoux et debout. Pour le tir aux plateaux il y a le skeet, le trap et le mixte tir. A propos des conditions climatiques, le même responsable dira que celles-ci n’influenceront en rien la compétition tant que la cible et le plateau seront visibles pour les athlètes. Ce championnat devait se dérouler en Algérie du 20 au 29 septembre 2019, puis il a été reporté au mois de novembre avec l’accord de la Fédération internationale de tir sportif (ISSF). Selon la Fédération algérienne du tir sportif (FATS) le report de la compétition est intervenu après la visite de travail de la déléguée de la Fédération internationale (ISSF) qui a inspecté les lieux de compétition et d’hébergement, ainsi que les différentes machines de compétition qui ne répondaient pas aux normes olympiques. A l’issue de cette visite, la représentante de l’instance internationale a préféré octroyer aux organisateurs un peu plus de temps pour finaliser les préparatifs d’organisation et apporter des modifications nécessaires afin d’assurer la transparence et offrir les mêmes chances à tous les participants, en raison de l’importance de l’événement. La compétition s’est donc ouverte, hier, au champ de tir de Chenoua avec la participation attendue de 170 athlètes de 14 pays qui se mesureront dans les spécialités de skeet et trap (plateau), air comprimé 10 mètres pistolet et carabine 25 m pistolet et 50 carabine. Il faut rappeler qu’en prévision de ces joutes qualificatives aux JO-2020 (les premières organisées en Algérie), la sélection nationale des trois spécialités (10m pistolet à air, fosse olympique et skeet) avait effectué quelques stages de préparation et de présélection au stand de champ tir de Djerma à Batna. Une vingtaine d’athlètes, dont plusieurs filles, participent régulièrement à ces regroupements. L’Algérie aspire à réussir l’organisation du Championnat d’Afrique 2019, avec l’ambition de qualifier le plus d’athlètes possibles aux JO-2020 de Tokyo. Lors des derniers jeux Olympiques de Rio au Brésil en 2016, le tir sportif algérien avait été représenté par le jeune Chafik Bouaoud qui avait terminé à la 47e position de la Carabine à 10 m air comprimé. n