Le troisième Forum national de l’Union nationale des ingénieurs agronomes (Unia) et la 87e session du bureau exécutif de l’Union des ingénieurs arabes (UIA), tenus simultanément dans la wilaya d’El Oued, les 11 et 12 novembre, ont préconisé la création d’une Union africaine de l’agriculture et d’une association arabe de la pêche.

Dans le but de consolider une dynamique renouvelée et continue, les membres de l’Union nationale des ingénieurs agronomes ont débattu, durant deux jours de la problématique liée au domaine dans le but de trouver des solutions sérieuses permettant de stimuler les efforts de diversification de l’économie et de la protection de l’agriculture, la façon idéale pour réussir la trajectoire de la transition économique en Algérie et la préparation de l’étape poste-hydrocarbures. L’organisation, dirigée par l’ingénieur Mounib Oubiri, (président de l’Unia), a souligné le pari de la transition des ingénieurs agricoles de la production à l’exportation. Il a également dressé une feuille de route intéressante visant à booster la contribution des ingénieurs agronomes au développement du secteur et la concrétisation de ce processus. A la suite de la 87e session du bureau exécutif de l’Union des ingénieurs arabes, qui s’est tenue simultanément dans la ville des mille coupoles, il a été noté que des efforts avaient été déployés pour mettre en place un projet de création d’une « Union africaine des ingénieurs agronomes », l’Algérie étant membre fondateur. Il a été également déclaré la création d’une association arabe des sciences de l’aquaculture et de la mer, comme institution affiliée à l’Unia, ayant son siège à Alger. Les recommandations du troisième séminaire national comprenaient l’activation et l’accélération des travaux du comité, chargé de préparer le projet de décanat et de lui apporter tout type de soutien. Outre, élargir les travaux du comité chargé du dossier des bureaux d’études agricoles et d’activer les accords conclus avec les différents organismes et institutions du secteur agricole. L’Union nationale des ingénieurs agricoles a appelé à l’implication des ingénieurs agronomes dans toutes les étapes de la production agricole destinée à l’exportation et de trouver des solutions de financement pour faciliter et permettre à l’Unia de mener à bien diverses activités, ainsi que la planification des programmes de réhabilitation visant à améliorer les performances du travail de l’ingénieur agronome. Outre l’accompagnent des producteurs dans les zones à grand potentiel productif, les relier et leur permettre de bénéficier des technologies modernes, de la formation et de l’entraînement pour améliorer leurs performances. L’Unia a aussi plaidé pour la création d’une institution par actions, en impliquant les différents acteurs actifs et composantes du secteur, en vue de valoriser le produit et la réussite du processus d’exportation. Elle a également mis l’accent sur le travail conjoint visant à réaliser des investissements arabes communs et à créer des corridors et des cadres permettant l’échange d’expériences en différents domaines de formation. Le troisième séminaire national des ingénieurs agronomes, placé cette année sous le thème « L’ingénieur agronome, de la production à l’exportation », a eu lieu les 11 et 12 du mois en cours dans le complexe touristique la Gazelle d’or de Oued Souf.
Coïncidant avec la tenue de la 87e session du bureau exécutif de l’Union des ingénieurs agronomes arabes (UIAA), ce séminaire a réuni, en plus des cadres de la direction des services agricoles et des membres du bureau de wilaya de l’Unia d’Annaba, un grand nombre d’ingénieurs algériens et étrangers provenant de 13 pays arabes, le Maroc, l’ Egypte, le Soudan, la Syrie, le Liban, la Jordanie, la Palestine, le Koweït, le Bahreïn, la Libye, l’Iraq et la Mauritanie. Les participants ont débattu durant la rencontre de sujets liés à la stratégie nationale d’exportation, les conditions organisationnelles et réglementaires de la production et l’exportation des fruits et légumes vers les marchés internationaux, l’exposition de l’expérience de la Jordanie en matière d’exportation de produits agricoles. Le rôle du bureau du Centre arabe dans le développement et la production des palmiers dans le monde arabe, la spécification des bonnes pratiques agricoles, les métiers liés à l’agronomie dans le processus d’exportation, les équipements industriels pour le service et le développement de l’agriculture moderne, ont été également discutés lors du premier jour. La soirée a également été marquée par le début des travaux de la 87e session du Bureau exécutif de l’Union des ingénieurs arabes qui se sont poursuivis le 12 novembre avec la réunion de la 2e session ordinaire du conseil national de l’Unia, au cours desquels les membres des bureaux de wilaya ont présenté diverses activités visant à la promotion du secteur agricole. Ils ont ensuite visité l’exposition internationale de la production et de l’exportation de produits nationaux, montée pour l’occasion. A rappeler que les terrains agricoles en Algérie représentent 3% de la superficie globale du pays. La céréaliculture constitue la principale filière de la production agricole notamment le blé, l’orge et la légumineuse qui couvre 43% de la superficie agricole.n