Le jury du Grand Prix Assia-Djebar du roman 2019 a été installé, le 6 novembre dernier, par Hassane Rabehi, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement et ministre de la Culture par intérim, en présence du président-directeur général de l’Entreprise nationale de communication d’édition et de publicité (Anep), Mounir Hmaidia, et le directeur général de l’Entreprise nationale des arts graphiques (Enag), Hamidou Messaoudi, selon un communiqué parvenu à la rédaction. Le jury est composé de Aïcha Kassoul, présidente, Hamid Abdelkader (membre), Karima Mendil (membre), Kaci Djerbib (membre) et Ahmed Ouyed (membre). Cofinancé par l’Anep et l’Enag, le Grand Prix Assia-Djebar du roman 2019 récompense les meilleurs romans en langues arabe, tamazight et française. Créé en 2015 pour promouvoir la production littéraire algérienne, ce prix est essentiellement destiné aux éditeurs algériens ayant publié des romans d’écrivains algériens, comme il est permis aux auteurs ayant publié, à leur frais, leurs propres ouvrages, de prendre part au prix, à condition de disposer d’un numéro de dépôt légal. Le comité rappelle que le prix est doté d’une récompense financière (700 000 dinars) donnée aux lauréats de trois œuvres écrites en trois langues (arabe, tamazight et français). Pour le moment, la date de la remise du prix n’a pas encore été communiquée par les organisateurs. Pour rappel, les lauréats de l’édition 2018 sont Nahed Boukhalfa, M’henni Khalifi et Ryad Girod.