Deux des cinq marques d’eau minérale, dont des lots sont jugés officiellement non conformes à la consommation, ont procédé à une contre-expertise sur les mêmes échantillons prélevés par les directions du commerce des wilayas de Blida et de Tizi Ouzou. Il s’agit, d’après Ali Hamani, président de l’Association de producteurs algériens de boissons (Apab), de Nestlé Pure Life et de Sidi Rached. Intervenant, vendredi passé, sur la chaîne de télévision Ennahar, il a indiqué que ces deux marques ont apporté des documents à l’association, prouvant la conformité de leurs produits. «Ces deux marques ont fait appel à une contre-expertise sur les mêmes échantillons prélevés et ont introduit un recours. Nous attendons que la question soit tranchée», a-t-il expliqué, précisant que certains lots seulement sont déclarés non conformes et non les marques, comme rapporté par certains médias. C’est ce que l’Association de protection, d’orientation des consommateurs et de l’environnement (Apoce) assure également, soutenant que ce n’est pas toute la production de ces marques qui est mise en cause. Les lots concernés sont ceux produits le
5 juillet par Nestlé Pure Life, le 4 août par Mouzaïa, le 13 août par Leïla Khadija et le 14 août par Sidi Rached. «La cinquième marque, Lejdar de Tiaret, n’a pas été mentionnée. Mais elle est également concernée. Ce qu’il faut savoir, c’est que les directions du commerce de Tizi-ouzou et de Blida avaient prélevé des échantillons sur des lots des marques citées entre les mois de juillet et août et les analyses physicochimiques et microbiologiques avaient montré des anomalies. Ces directions ont déclaré que ces lots sont impropres à la consommation et non toute la production», indique le président de l’Apoce, Mustapha Zebdi. Il a signalé, par ailleurs, que ces marques ont introduit des recours et que c’est une procédure tout à fait normale, de même d’ailleurs que le contrôle effectué par les directions du commerce. Nestlé Water Algérie a fait publier sur les réseaux sociaux un communiqué dans lequel cette marque affirme avoir effectué d’autres analyses sur les mêmes échantillons prélevés par les directions du commerce. Elle précise avoir fait appel, pour cela, à l’Institut Pasteur. «Ce dernier a confirmé la conformité totale de notre produit», rapporte cette marque dans son communiqué. Maintenant que le ministère du Commerce est au courant de ces anomalies, précise Zebdi, les lots concernés seront retirés du marché. Seulement, comme les résultats des analyses n’ont été affichés que récemment alors que les analyses ont été effectuées en juillet et août, des lots suspects ont été commercialisés. L’Apab affirme qu’une fois les résultats affichés, les producteurs n’ont plus mis sur le marché les lots déclarés non conformes, en attendant les résultats des recours. «Mais par prudence, les consommateurs doivent se montrer attentifs et vérifier les dates de production des lots avant de les acheter», conseille-t-il.