Un climat festif règne à la veille de la célébration de la naissance du Prophète Mohammed (QLSSSL) dans la ville pétrolière. A Souk Lahdjar (marché de la pierre), au cœur de la ville, dès 8H30 il n’y a plus où mettre les pieds. Ce marché, réputé pour ses bas prix, connaît une affluence record depuis quelques jours, notamment depuis l’installation des étals de bougies, lanternes et tous produits nécessaires à la cérémonie.

Dans ce marché populaire, les bougies, objets décoratifs et lanternes, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses. L’absence de pétards et de dispositifs explosifs a laissé place aux objets pour une cérémonie douce et harmonieuse. Les étals proposent des choix infinis de bougies entre parfumées, pailletées, décorées et imprimées. Des lanternes et des bougies de toutes les formes et toutes les couleurs sont offertes à des prix très abordables. Les boutiques de gâteaux et les épiceries connaissent également une affluence remarquable des ménages. La semoule de tamina, ou rfis, zrira dans d’autres régions, constitue le plat principal de la cérémonie. Une semoule composée de poix-chiche, blé, grain de sésame qu’on ajoute à un mélange de miel/beurre fondus pour avoir une pate homogène. Elle est ensuite garnie de bonbons et de dragées colorées, d’amandes effilés ou simplement de la cannelle, à la façon des grands-mères. A l’instar des autres régions du pays, qui disposent chacune d’une vaste gamme de coutumes et usages, les familles se rencontrent autour d’un festin, la vieille du mouloud. Chakhchoukha feuilletée (takliftazdada dans le dialecte ouergli) avec une sauce sucrée, makhtouma (galette farcie typiquement ouerglie) ou couscous, le roi des festins, sont les plats choisis par la majorité des habitants de la wilaya de Ouargla pour la célébration du Mawlid. Puis vient le tour du fameux thé à la menthe accompagné de gourmandises, fruits secs et concassés. La kaâda thé, se maintient des fois jusqu’à l’aube. Malgré les réticences exprimées par certains groupuscules spécialisés dans la polémique religieuse, cette pratique, qui a engendré de nombreuses controverses et continue encore à susciter des divergences au sein des savants musulmans, est encore fortement célébrée dans le Sud qui la fêtent dans la joie et la piété et selon les coutumes de la région. A Ouargla, la majorité de la population locale maintient cette célébration comme un événement indiscutable. Une occasion propice, selon eux, d’évoquer la vie et le parcours du Prophète de l’islam, considéré comme l’exemple et le modèle pour tous les musulmans. Loin de ce que l’on peut penser, cette cérémonie, n’est pas une célébration à caractère religieux mais plutôt une fête populaire. Un riche programme est dressé, comme à l’accoutumée, par l’ensemble des écoles coraniques, mosquées et institutions religieuses de Ouargla, à l’occasion du Mawlid Enabaoui Echarif, en vue célébrer cet événement dans une atmosphère de joie, de partage et de souvenir du Prophète Mohammed (sws). C’est d’ailleurs l’occasion d’inculquer ses qualités et vertus aux jeunes. Au niveau des mosquées et des écoles coraniques relevant du secteur, plusieurs épreuves de sélection pour accéder à la phase finale du concours de wilaya de récitation du Saint Coran et du hadith, ont été organisées, ces dernières semaines, et qui prendront fin la nuit du Mawlid Ennabaoui Echarif avec la distinction de lauréats qui seront honorés durant la cérémonie.