La 30e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), qui se dérouleront du 26 octobre au 2 novembre prochain à Tunis, verra la participation de deux longs métrages algériens, «Papicha» de Mounia Meddour, et «Abou Leïla», d’Amin Sidi-Boumediène, ainsi qu’un court métrage «Rasta», réalisé par Samir Benchikh, et d’un court métrage documentaire «E’sitar», de Kahina Zina Benghouba, qui seront en lice pour le Tanit d’or. La sélection des films en compétition et les grandes lignes du programme de l’édition 2019 des JCC ont été dévoilées lors d’une conférence de presse organisée, avant-hier, par le comité du Festival. Les organisateurs ont annoncé qu’à l’affiche de cette 30e édition des JCC,  il y aura en tout 170 films de toutes les catégories (en compétition et hors compétition), qui seront projetés dans plus de 20 salles de cinéma. Le comité du Festival a annoncé  également  que cette édition, qui portera le nom du défunt Nejib Ayed, ex-président des JCC, comportera la compétition de 12 longs métrages, 13 documentaires, 9 courts documentaires et 12 courts métrages (fiction). L’Algérie sera aussi présente dans le jury de cette nouvelle édition avec le comédien Hassan Kechach, qui sera accompagné de la Libanaise Yasmine Khlat, de la Marocaine Meryem Benm’Barek, du Tunisien Mahmoud Ben Mahmoud, de la Zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga et du Japonais Fukada Koji. Le jury sera présidé par le Sénégalais Alain Gomis. L’ouverture  de cette nouvelle édition se fera avec le dernier opus du Tunisien Nouri Bouzid , le film « les épouvantails ».
Dans son allocution inaugurale, Chiraz Latiri, directrice générale du  Centre national du cinéma et de l’image (CNCI) a énoncé les nouveautés de cette édition des JCC 2019, parmi lesquelles «Carthage Talks», «Carthage Digital» et «Diasporas », un volet consacré au cinéma de l’exil, de la migration et de « ceux qui sont loin de chez eux». La directrice générale du CNCI a présenté «Carthage Digital», autre nouveau-né du Festival, comme un espace de rencontres de tous les professionnels du cinéma et de l’industrie digitale créative. Cette plateforme rassemblera les artistes producteurs, directeurs de programmation des festivals, créateurs de contenus diffuseurs, dans le but de créer des réseaux de financement et de distribution avec des partenaires internationalement reconnus dans le domaine. En effet, «Carthage Digital» est une opportunité unique pour les festivals et les professionnels désireux de découvrir les dernières technologies du monde numérique, réalité augmentée, réalité virtuelle, réalité mixte, réalité cinématographique, effets visuels et invisibles, mais aux côtés des œuvres cinématographiques les plus enrichissantes.

Hommage à Nejib Ayed
Lors de cette conférence de présentation des grandes lignes de l’édition 2019 des JCC, Najet Nabli, Coordinatrice auprès du comité des Journées cinématographiques de Carthage, a également annoncé que cette édition, sera un hommage à Nejib Ayed, disparu quelques mois plus tôt. Précisant à ce sujet qu’après un hommage lors de la cérémonie d’ouverture des JCC 2019, qui portent son nom, une cérémonie officielle aura lieu le 27 octobre prochain, au cours de laquelle ses amis et compagnons de route interviendront pour parler de l’homme, du cinéaste, de l’ami et de l’artiste visionnaire qu’il a été. Najet Nabli a, par ailleurs, estimé que la création d’un espace dédié aux cinéphiles, à la Fédération des cinéclubs et aux associations actives dans le cinéma au sein de la Cité de la culture serait le plus bel hommage à Nejib Ayed et une preuve de fidélité à l’esprit fondateur des Journées cinématographiques de Carthage.n